Trêve en Ukraine : pourquoi les orthodoxes fêtent Noël le 7 janvier ?

Les orthodoxes russes fêtent Noël le 7 janvier.
Les orthodoxes russes fêtent Noël le 7 janvier.

Vladimir Poutine a ordonné un cessez-le-feu sur l’ensemble de la ligne de front en Ukraine pour le Noël orthodoxe. Mais pourquoi les orthodoxes célèbrent-ils Noël si tard ?

Une trêve dans la guerre en Ukraine. Vladimir Poutine a annoncé ce jeudi qu’il avait demandé au ministre de la défense de Russie Sergueï Choïgou d’imposer un cessez-le-feu sur l’ensemble de la ligne de front en Ukraine du 6 janvier midi au 7 janvier minuit à l’occasion du Noël orthodoxe. Plus tôt dans la matinée, Kirill, le patriarche de l’Eglise orthoxe russe, avait appelé à sceller une trêve de Noël.

Moscou appelle l’Ukraine à en faire de même "étant donné qu'un grand nombre de citoyens orthodoxes vivent dans les zones des hostilités", précise un communiqué. Mais pourquoi les orthodoxes fêtent-ils Noël si tard ?

La scission des calendriers

Tous les chrétiens fêtent Noël le 25 décembre, date de la naissance de Jésus. Mais contrairement à la France notamment, qui a adopté le calendrier grégorien, une partie de l’Eglise orthodoxe s’est calquée sur le calendrier julien. Celui-ci a un décalage de 13 jours avec le nôtre.

C’est au XVIe siècle que le pape Grégoire XIII a instauré le calendrier grégorien, plus adapté à la réalité des astres. Les pays catholiques dont les pays de l’Est l’ont adopté. En revanche, les Églises orthodoxes ont choisi de conserver le calendrier julien. “Il y a un pôle grec, occidental, qui fête Noël le 25 décembre dans le 'nouveau style', et un pôle slave, oriental, qui le fête le 7 janvier, dans l''ancien style'", résume Nicolas Kazarian, prêtre orthodoxe et professeur à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge interrogée par La Vie.

L’Eglise orthodoxe autocéphale d’Ukraine est néanmoins revenue sur la date traditionnelle cette année. L’institution a laissé le choix à ses fidèles de fêter Noël le 7 janvier ou le 25 décembre. La raison ? “Marquer son ouverture à l’Occident, à la culture européenne et à la modernité”, selon Nicolas Kazarian. Reste à savoir si l'Ukraine acceptera le cessez-le-feu proposé par la Russie.

VIDÉO - Cessez-le-feu en Ukraine: "C'est une manipulation, une farce" de la part de Moscou, selon cet habitant de Kharkiv