Ce trentenaire pensait avoir un Covid long, il souffrait en réalité d'un cancer en phase terminale

Le cancer s'est propagé au système nerveux central d(u patient Getty Images) (Getty Images)

Le cancer s'est propagé à son système nerveux central. Le jeune homme a voulu organiser sa propre cérémonie de funérailles pour dire au revoir à ses proches.

En février 2021, Rob Hale souffre du Covid-19. Deux mois plus tard, il pense être atteint d'une forme longue de la maladie, car il ressent encore une importante fatigue, des sueurs nocturnes ou encore de la fièvre. Le diagnostic est finalement bien plus grave : il souffre d'une leucémie. C'est un appel téléphonique qui a tout bouleversé : "Quand l'appel téléphonique s'est terminé, je me souviens que je me suis penché sur la machine sur laquelle je travaillais et que j'ai commencé à pleurer".

Au moment de sa prise en charge, il est "très proche de mourir", car des cellules sanguines immatures mesurent alors 95%, rapporte The Independent qui souligne que le jeune homme a subi plusieurs cycles de chimiothérapie, huit séances de radiothérapie corporelle et une greffe de cellules souches.

Une leucémie en phase terminale

Les médecins constatent que le cancer s'est propagé à son système nerveux central. "Ils ont tous pensé, à ce moment-là, que cela s'était propagé à mon cerveau et qu'il ne me restait plus que quelques jours à vivre. Alors on a dit à mes parents : "Vous pouvez venir passer la nuit avec lui jusqu'à ce qu'il parte"", se souvient le trentenaire. Mais il a survécu.

C'est en décembre dernier qu'il découvre lors d'une échographie que son cancer est revenu et que sa leucémie est en phase terminale. "J'en étais venu à accepter que j'allais mourir d'une leucémie, et que tout ce que j'ai vécu ces deux dernières années a été du temps de gagné. J'aurais dû mourir en mai 2021, mais le fait que je sois toujours là, cela vaut la peine d'avoir tout traversé pour avoir ce temps supplémentaire."

Alors, cet ancien ingénieur d'étalonnage a voulu organiser son propre enterrement quand il était encore bien vivant. Il a convié ses proches pour pouvoir leur dire au revoir avant de mourir. "Je n'ai assisté qu'à quelques funérailles dans ma vie, et elles sont toutes vraiment tristes, sombres ; tout le monde était vêtu de noir, la tête baissée. (...) Je voulais faire quelque chose où je pourrais tous les voir, je pourrais leur parler, les rattraper, (et) avoir une réelle chance de leur dire au revoir."

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "On ne guérit jamais d’un cancer, on vit avec"