Les « tremblements de foule » au Hellfest étudiés par les scientifiques

Au milieu des festivaliers qui célébraient les différentes musiques extrêmes, des scientifiques de l'Inria (Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique) étaient présents avec un tout autre but : celui d'étudier les mouvements de foule. Faisant partie du projet de recherche CrowdDNAqui a pour objectif de prévenir les débordements extrêmes lors de grands rassemblements, ils se sont mêlés à la foule et ont participé, tout comme les festivaliers, aux concerts. Le timing était parfait : cette année, le festival s'est étalé sur sept jours, au lieu des trois traditionnels, afin de rattraper les deux éditions manquées de 2020 et 2021.

Des chercheurs criblés de capteurs mêlés à la foule

Lors des concerts, des mouvements spécifiques se produisent, souvent particuliers aux styles de musique présents au Hellfest. « On sait qu'il y a des danses liées à la musique écoutée où des interactions physiques vont se produire entre individu », a expliqué à l'AFP Julien Pettré, chercheur à l'Inria de Rennes. Le circle pit, où les participants courent en formant un grand cercle, le wall of death, où les participants se séparent en deux parties, formant une fosse entre eux, puis se foncent dessus, mais aussi les pogo et les mosh, où les participants dansent en sautant et se bousculant les uns les autres. Enfin, certains festivaliers se sont fait porter par la foule, allongés : c'est ce que l'on appelle les slams.

Parmi la foule, les chercheurs cobayes se sont mélangés, vêtus de combinaisons criblées de capteurs. Leur rôle était de suivre les divers mouvements de foule, que cela soit à l'entrée ou la sortie du festival (qui a rassemblé environ 60.000 personnes chaque jour, près de 80.000 le dimanche à l'occasion du concert du groupe Metallica), ou les diverses danses lors des concerts. Ils étaient vêtus d'une casquette orange, bien visible et repérable par des caméras. En plus des chercheurs se mélangeant aux festivaliers, d'autres sont restés derrière les deux...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles