Traversées de la Manche : l’appel à l’aide des maires de la Côte d’Opale face à la crise migratoire

·3 min de lecture
Des migrants à bord d'un bateau pneumatique traversnt la Manche depuis la France pour gagner l'Angleterre, le 11 septembre 2020 - Sameer Al-DOUMY © 2019 AFP
Des migrants à bord d'un bateau pneumatique traversnt la Manche depuis la France pour gagner l'Angleterre, le 11 septembre 2020 - Sameer Al-DOUMY © 2019 AFP

Les traversées de la Manche pour rejoindre l’Angleterre se multiplient ces derniers mois. Face à cette situation, de nombreux maires de la Côte d’Opale se sentent impuissants et surtout abandonnés par l’Etat. Car Calais n’est plus la seule ville concernée par les traversées de migrants, les départs ont également lieu depuis des villes, aussi bien au nord qu'au sud du littoral.

Interpellé par ses habitants sur cette question, le maire d’Ambleteuse, Stéphane Pinto, a tenu à leur répondre sur les réseaux sociaux avec un message posté le 22 août dernier. Il explique que "la commune n’est pas habilitée sur la question de l’immigration, seul l’Etat a compétence pour agir sur cette question" et affirme être "en lien permanent avec les autorités compétentes".

"Nous avons aussi un devoir d'aide aux populations en difficulté. Systématiquement, depuis que nous sommes élus, nous avons proposé notre aide aux migrants. Il n'est pas possible de laisser des familles, en particulier avec des enfants en bas âge, sans une aide d'urgence", explique la mairie d’Ambleteuse sur Facebook.

Et d'ajouter: "Momentanément, lorsqu'elles le souhaitent, nous les accueillons à la salle des fêtes afin de leur permettre de se restaurer, de se reposer. Ensuite ces personnes sont confiées aux services de l'État".

"Ce n'est pas vraiment de notre ressort"

Joint à ce message posté sur les réseaux sociaux, se trouve un échange de mail entre le maire d’Ambleteuse et la sous-préfète de Boulogne-sur-Mer, Dominique Consille. Cette dernière affirme qu’elle ne manquera pas d’informer le préfet de la situation migratoire de la commune.

"Le but du post était de rassurer la population d’Ambleteuse et aussi de passer un message qui peut être vu au plus haut niveau, parce qu’à un moment donné il va falloir que l’Etat se penche sur ce problème", explique le maire d'Ambleteuse au micro de BFM Grand Littoral.

"De par notre fonction, on a un minimum à assurer mais on a un maximum qu’on ne peut pas dépasser. Aujourd’hui ce n’est pas vraiment de notre ressort", poursuit-il.

Nouveau record journalier

A 75km d’Ambleteuse, la situation est la même dans la ville de Leffrinckoucke. Son maire, Olivier Ryckebusch se sent démuni face à la recrudescence des tentatives de traversées qui laissent derrière elles des déchets dont la municipalité doit s’occuper.

"Vous pouvez d’ailleurs voir au sol, des traces notamment de cadis pour transporter le matériel: les bateaux, les gilets de sauvetage, les bidons d’essence. […] Ce sont plusieurs dizaines de familles qui attendent là de pouvoir embarquer en Angleterre. Après leur passage, on peut découvrir ce genre de détritus que la ville doit ramasser et stocker", montre le maire de Leffrinckoucke à BFM Grand Littoral. Au 31 août 2020, 12.148 migrants avaient tenté de traverser la Manche pour rejoindre l'Angleterre, soit environ 2500 personnes de plus que l’an dernier à la même période. En 2021, la situation ne s’est pas arrangée: le ministère britannique de l’Intérieur a indiqué qu’au moins 828 migrants ont traversé la Manche samedi 21 août pour gagner les côtes anglaises. Ce nouveau record journalier a porté à plus de 12.000 le nombre de personnes ayant effectué la traversée cette année.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles