Travailler "jusqu'à 65 ans", c'est ce que prône l'ancien patron du FMI Jacques de Larosière

Jacques de Larosière est favorable à la réforme des retraites. "C'est le poids de la dépense publique qui fait que nous ne sommes pas aussi agiles et productifs que nos voisins. Il y a deux pôles de sous-compétitivité : la retraite et l’administration. Il faut s’y attaquer", assure l'ancien directeur général du FMI et ancien gouverneur de la Banque de France sur franceinfo mercredi 13 janvier. "On vit plus longtemps et en bonne santé et il faut demander à ces personnes de travailler jusqu'à 65 ans, sinon le poids de l’équilibre des retraites tombe sur les jeunes, ce qui est antisocial", développe l'auteur de l'essai paru chez Odile-Jacob, 40 ans d’égarements économiques : quelques idées pour en sortir. "C’est moins compliqué que d’égaliser 40 régimes pour faire un régime universel", estime-t-il. "200 000 fonctionnaires en trop" "L'administration française est très lourde, les hiérarchies sont très complexes. Il y a au moins 200 000 fonctionnaires en trop. Il y a plein de strates anciennes vivaces inutiles. J’ai fait ce travail sur le modèle scandinave et je l’ai réussi. Il est très exigeant", souligne Jacques de Larosière.