Travail forcé des Ouïgours : quatre géants du textile visés par une enquête

·1 min de lecture
Quatre entreprises, dont Inditex et Uniqlo, sont accusées d'avoir profité du travail forcé de Ouïgours en Chine, a indiqué une source judiciaire jeudi à l'Agence France-Presse, confirmant une information de Mediapart.
Quatre entreprises, dont Inditex et Uniqlo, sont accusées d'avoir profité du travail forcé de Ouïgours en Chine, a indiqué une source judiciaire jeudi à l'Agence France-Presse, confirmant une information de Mediapart.

Quatre géants du textile dans la tourmente. La justice française a ouvert fin juin 2021 une enquête pour « recel de crimes contre l?humanité » visant quatre entreprises, dont Inditex et Uniqlo, accusées d?avoir profité du travail forcé des Ouïgours en Chine, a indiqué une source judiciaire jeudi à l?Agence France-Presse, confirmant une information de Mediapart. Cette enquête ouverte au pôle « crimes contre l?humanité » du Parquet national antiterroriste (Pnat) fait suite à une plainte visant Uniqlo France, le groupe japonais Fast Retailing, Inditex (qui détient les marques Zara, Bershka, Massimo Duti), SMCP (Sandro, Maje, de Fursac?) et le chausseur de sport Skechers.

Elle a été déposée début avril à Paris par l?association anticorruption Sherpa, le collectif Éthique sur l?étiquette, l?Institut ouïgour d?Europe (IODE) ainsi qu?une Ouïgoure ayant été internée dans la province du Xinjiang (nord-ouest de la Chine). Les associations, qui avaient annoncé d?autres plaintes en Europe, s?inscrivent dans un train d?initiatives lancées dans le monde par les défenseurs des droits de l'homme en faveur des Ouïgours.

À LIRE AUSSILe tabou des « terroristes » ouïgours

Appel au boycott d?Uniqlo, H & M, Nike et Adidas

Le sort de cette minorité, principalement musulmane, de langue turcique et qui représente un peu moins de la moitié des 25 millions d?habitants du Xinjiang, est l?objet d?une confrontation de plus en plus vive entre l?Occident et la Chine. Plusieurs pays, dont les [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles