Trappes : Didier Lemaire, mytho ou héros ?

·1 min de lecture

Notre pays se déchire depuis dix jours entre pro et anti sur le cas de Didier Lemaire, ce professeur de philosophie à Trappes. Et si c’était plus compliqué qu’un débat binaire ? Tentative d’éclaircissement de la situation.

" Zozo de la République " ou " vrai lanceur d'alerte " ? " Philosophe mythomane " ou " citoyen laïque jusqu’au bout des ongles " ? À moins que ce soit les deux en même temps ou alternativement ? L’affaire n’est pas simple à dénouer. Pourtant, ça n’empêche pas notre pays de se déchirer depuis dix jours entre pro et anti sur le cas de Didier Lemaire, professeur de philosophie désormais démissionnaire de l’Éducation nationale exerçant au lycée de la Plaine de Neauphle à Trappes. Un établissement de 650 élèves où les résultats au bac frôlent chaque année les 90 % de réussite. Et une commune, aussi, qui, il faut bien le dire, n’a rien d’un territoire apaisé de la République et a vu plusieurs de ses habitants rejoindre la zone irako-syrienne.À Trappes donc, Didier Lemaire a expliqué dans les colonnes du Point d’abord, puis à plusieurs autres médias audiovisuels dans la foulée, vivre et travailler la trouille au ventre : " Je suis sous escorte depuis le mois de novembre. Chaque fois que je monte en voiture, je vérifie que mes portières sont bien fermées, que je ne suis pas suivi. Je ne veux pas vivre dans la peur. Je n'attends plus qu'une chose : mon exfiltration. " Et entre deux phrases sur " le salafisme " qui y " gagne du terrain " et le fait que...

Lire la suite sur Marianne

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

À Trappes, Didier Lemaire, un professeur sous protection policière

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République