Transports : le train de l'Aubrac face à la menace d'une fermeture définitive

À peine arrivés en gare de Saint-Chély d'Apcher (Lozère), les voyageurs se précipitent, car depuis jeudi 3 décembre, le train de l'Aubrac ne va plus jusqu'à Neussargues (Cantal), commune située 55 kilomètres plus loin, pour des raisons de sécurité. Il faut donc se dépêcher pour prendre un bus de substitution. "Cela nous fait une heure de trajet supplémentaire, c'est très pénible", commente une usagère. "On nous prend pour des imbéciles" Cette situation, qui pourrait déboucher sur un arrêt définitif de la ligne - les travaux censés permettre de remettre les voies en état n'ont d'ailleurs toujours pas démarré - inquiète certains élus locaux. "On doit nous dire combien de temps cela va prendre, et non pas nous annoncer des délais complètement délirants. On nous prend vraiment pour des imbéciles", déplore Patricia Rochès, maire (SE) de Coren-les-Eaux (Cantal), qui vise clairement la SNCF. "Pour certains décideurs de SNCF Réseau, cette ligne est condamnée", affirme-t-elle.