Transports. En pleine crise avec l’Espagne, le Maroc suspend l’opération Passage du détroit

·1 min de lecture

Pour la deuxième année consécutive, le Maroc annule, en raison du Covid-19, ce dispositif qui permet de réguler la traversée du détroit de Gibraltar par près de 3,3 millions de personnes. Mais cette décision intervient dans un contexte de tensions entre Rabat et Madrid, relève la presse espagnole.

Bis repetita dans le détroit de Gibraltar. Après l’avoir annulé en 2020 pour cause de coronavirus, le Maroc a décidé, cette année encore, de renoncer à l’opération Paso del estrecho avec l’Espagne (“Passage du détroit”, en français ; appelée “opération Marhaba” au Maroc).

En temps normal, ce dispositif régule le transit de l’Espagne vers le Maroc de quelque 3,3 millions de personnes – qui souhaitent, pour la plupart, retrouver leur famille. Cela représente environ 800 000 véhicules, mobilisant 21 000 fonctionnaires de l’État espagnol (accueil, animations, activités culturelles, soutien logistique), détaille El Periódico de Catalunya.

À lire aussi: Voyage. Comment relancer le tourisme ?

Mais, le dimanche 6 juin, le ministère des Affaires étrangères marocain a rendu public un communiqué dans lequel le royaume indiquait à ses ressortissants qu’ils pourraient effectuer leur retour estival “par les mêmes ports que l’an dernier” – ceux de Sète, en France, et de Gênes, en Italie –, où les billets sont “40 % plus chers” que depuis l’Espagne, ajoute le quotidien catalan.

Exit donc les ports espagnols, “qui étaient traditionnellement les plus fréquentés”, notamment celui d’Algésiras, en Andalousie,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles