Transports : la location de deux-roues passe à la vitesse supérieure

·1 min de lecture

Distanciation sociale, pistes dédiées, limitations à 30 km/h, stationnement payant pour les scooters thermiques : à Paris comme dans de nombreuses grandes villes, tout concourt à encourager l'utilisation de moyens de mobilité personnelle électrique. Et plutôt que l'achat classique, une des grandes tendances est l'usage de moyens de déplacement partagés, ou ride sharing, facilité par une offre de plus en plus structurée et le couple géolocalisation-application smartphone. Il permet de trouver aisément un véhicule, de le réserver et de le déverrouiller. L'inscription à ces services se fait en quelques minutes sur leur appli, avec une pièce d'identité et un moyen de paiement (plus un permis pour les scooters). 

Certaines applications de transport, comme Freenow ou Google Maps, agrègent les solutions de différents opérateurs mais il n'existe aucune "super-appli" qui centraliserait tous les services et permettrait de choisir le plus approprié et le moins cher d'un coup d'œil. "C'est une problématique qui se heurte à la complexité du développement d'un tel système pour les acteurs publics, pas assez spécialistes et trop locaux, selon Dimitri Tsygalnitzky, directeur général de Freenow France, plateforme de mobilité multimodale de BMW et Daimler. Pour les opérateurs privés, il s'agit de questions plus stratégiques, tous les acteurs établis ne souhaitant pas signer, préférant garder une relation directe avec leur clientèle."

Lire aussi - TRIBUNE. Scooters électriques partagés à Paris...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles