Transports : les Franciliens toujours collés aux heures de pointe

Alors que le télétravail est censé être la règle et le présentiel l’exception, les rames de métro et de RER sont toujours pleines à Paris et en Île-de-France, aux heures de pointe. "Le pire, c’est le soir avec le couvre-feu, comme tout le monde termine à 17/18 heures, on est tous collés", raconte un usager. Dans les transports en commun de la région, la fréquentation est passée de 30% pendant le confinement de novembre à 50% au mois de mars. Une augmentation qui coïncide avec l’autorisation gouvernementale de venir travailler sur place un jour par semaine. Tous les salariés ne peuvent pas télétravailler Dans un studio d’architecture du Vème arrondissement de Paris, un planning permet de respecter cette règle à la lettre. Mais toutes les professions ne se prêtent pas au télétravail. "Je suis à l’accueil en pédiatrie à l'hôpital Gustave Roussy (Villejuif), donc je ne peux pas faire de télétravail", explique une passagère du RER. Pour éviter les pics de fréquentation dans les transports, le gouvernement préconise des horaires de travail plus étalés dans la journée.