Transports. Entre l’Espagne et le Maroc, l’opération “Passage du détroit” annulée cet été

Courrier international (Paris)
1 / 2

Transports. Entre l’Espagne et le Maroc, l’opération “Passage du détroit” annulée cet été

Rabat a annoncé ce 22 juin l’annulation de l’opération Marhaba 2020, un dispositif qui régule la traversée du détroit de Gibraltar par 3,5 millions de passagers. Les Marocains résidant à l’étranger pourront se rendre au Maroc lorsque les frontières du royaume, fermées depuis le 13 mars, seront rouvertes.  

L’opération Marhaba 2020 n’aura pas lieu. Selon le site marocain Le Desk, le ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a annoncé lundi 22 juin la suspension de ce dispositif en raison de “conditions habituelles compte tenu de la situation actuelle marquée par la crise du Covid-19”.

Appelée en Espagne “Paso del estrecho” (“Passage du détroit”) et lancée “il y a 33 ans”, l’opération Marhaba régule le transit de l’Europe vers le Maroc, via le détroit de Gibraltar, de “3,5 millions de passagers et 800 000 véhicules”, souligne El País.

“Priorité à la santé”

Pour Le Desk, les Marocains résidents à l’étranger seront “libres de venir au Maroc” sans l’encadrement prévu dans le cadre de l’opération Marhaba (accueil, animations, activités culturelles, soutien logistique). Mais leur retour sera notamment tributaire de l’ouverture des frontières aériennes et maritimes du Maroc, de la coordination avec les pays européens et de l’évolution de la situation épidémiologique internationale. Or Nasser Bourita “n’a pas encore précisé quand les frontières seront ouvertes”, relève El País.

D’après le quotidien espagnol, le gouvernement de Pedro Sanchez avait préparé un plan au cas où le Maroc déciderait finalement de lancer l’opération Marhaba 2020. Mais le Maroc a décidé “de donner la priorité à la santé de sa population plutôt qu’aux intérêts économiques liés aux dépenses des touristes marocains”, souligne El País.

À lire aussi:

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :