Transports en commun : le confinement a-t-il un effet sur la fréquentation ?

Métro, boulot, dodo : le fameux triptyque a une résonance particulière lundi 2 novembre, jour de rentrée scolaire. À 7 heures du matin, sur la ligne la plus fréquentée du métro parisien, les quais sont clairsemés, et les wagons ne sont pas surchargés. "On arrive à monter dans ces rames, la ligne 13 a toujours été engorgée à fond, mais là, il y a moins de monde", confie un voyageur. Une distanciation sociale impossible Mais en pleine heure de pointe, à 9 heures, difficile de distinguer ce lundi des précédents. La RATP ne donne pour le moment aucun chiffre de fréquentation. Avec un confinement plus souple qu'au printemps, beaucoup continuent à prendre le métro, notamment les étudiants, parfois à contre-coeur. "Il y a toujours autant de monde, pour trouver une place c'est pareil, on peut même pas s'asseoir, c'est même pire", déplore une étudiante. Respecter la distanciation sociale est impossible dans certaines rames. À la mi-mars, la fréquentation a chuté de 90%. À l'issue de la première semaine de reconfinement, l'offre de transports en commun pourrait être réajustée.