Transports aériens limités en Corse : " Ça risque d'être un coup dur si on ne sort pas très vite de l'impasse actuelle", affirme Gilles Simeoni

franceinfo

Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, a contesté mardi 2 juin sur franceinfo le décret gouvernemental publié lundi qui restreint les transports aériens à un "motif impérieux" jusqu’au 23 juin. Alors que la France entame la phase 2 du déconfinement, ce décret place la Corse dans une situation délicate à l'approche de la saison touristique : "Ça risque d'être un coup dur" pour l’île, a-t-il estimé.

>> La France entame la phase 2 de son déconfinement. Suivez notre direct.

"À l'instar de tous ceux qui ont découvert le décret hier, on a été surpris par cette décision gouvernementale. Parce que d'abord, il y a un régime qui n'est pas identique entre le transport maritime et le transport aérien, et puis surtout, c'est une décision qui, en fait, ne satisfait personne", a commenté Gilles Simeoni, inquiet alors que la saison touristique approche à grands pas : "Ça risque d'être un coup dur si on ne sort pas très vite de l'impasse actuelle. Nous avons dit clairement que ce décret ne nous satisfait pas. Je pense qu'il a vocation à être modifié très rapidement".

Ce qu'il faut, c'est très vite donner de la lisibilité aux professionnels et également aux gens qui ont envie de venir en Corse, y compris au mois de juin.

Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse

à franceinfo

Il appelle à un "véritable dialogue au plus haut niveau" de l’État pour réfléchir à un (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi