Transport aérien. Le soutien à KLM sur la sellette

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

En conflit avec plusieurs syndicats, le gouvernement néerlandais a décidé de geler son soutien financier à la branche néerlandaise du groupe Air France-KLM. Un revirement qui suscite craintes et incompréhension.

Le cours de l’action du groupe Air France-KLM a reçu un mauvais coup, ce lundi 2 novembre, rapporte l’Algemeen Dagblad. “Alors que le soutien de l’État à KLM est désormais très incertain, au Damrak [où est localisée la Bourse d’Amsterdam], le titre a chuté de près de 6 % avant que le cours ne se stabilise un peu.”

Le ministre des Finances, Wopke Hoekstra, demande aux syndicats d’accepter une baisse des salaires jusqu’en 2025, et non plus jusqu’en 2022, comme initialement prévu. “Mais le FNV [représentant les navigants et le personnel au sol] et le VNV [pilotes] font encore obstacle”, poursuit le journal de Rotterdam. Le VNV est celui qui s’oppose le plus fermement à cette baisse prolongée des rémunérations.

KLM pourrait s’effondrer

Samedi, rappelle l’Algemeen Dagblad, les syndicats ont laissé passer la date limite pour signer la clause stipulant une baisse des salaires jusqu’en 2025. “Maintenant que ce délai est expiré, la compagnie aérienne n’a plus accès à l’aide d’État essentielle.” Selon le ministre des Finances, il est “raisonnable” d’exiger cette baisse de salaire en contrepartie de l’aide publique octroyée au cours des derniers mois à KLM. “En l’absence d’accord général, il existe un risque que le gouvernement renonce à soutenir financièrement la compagnie aérienne en difficultés. Dans ce cas, KLM pourrait s’effondrer”, prévient l’Algemeen Dagblad.

À lire aussi: Vu des Pays-Bas. Air France-KLM :

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :