Transport aérien : les compagnies low cost durement frappées par le coronavirus

Depuis près de deux mois, les avions sont cloués au sol. Avec la diffusion du coronavirus Covid-19, les voyages professionnels, tout autant que les vacances, ont été suspendus. Même l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne) a dû fermer ses portes face à la baisse du trafic aérien. Pour sauver Air France-KLM, les gouvernements français et néerlandais ont annoncé samedi 25 avril un plan d'aide pouvant monter jusqu'à 10 milliards d'euros. Une somme historique. Une chute du chiffre d'affaires de moitié Mais toutes les compagnies n'ont pas la chance d'avoir des États comme actionnaires principaux. D'après les projections, le chiffre d'affaires du secteur va baisser de moitié en 2020. Certaines compagnies low cost, comme FlyBe, ont déjà été contraintes de faire faillite et d'autres pourraient suivre. Norwegian a dû mettre quatre de ces filiales en faillite. "Le marché européen va forcément connaître une restructuration", estime un expert du transport aérien.