Des chercheurs confirment la transmission interhumaine d'un virus rare en Bolivie

Maxime Poul
·2 min de lecture
En 2019, trois personnes sont décédées après avoir contracté le virus de Chapare dans le département de La Paz, en Bolivie.
En 2019, trois personnes sont décédées après avoir contracté le virus de Chapare dans le département de La Paz, en Bolivie.

Des chercheurs des Centres pour le contrôle et la prévention (CDC) des États-Unis ont découvert la transmission interhumaine du virus Chapare, un virus rare pouvant provoquer des fièvres hémorragiques.

Seize ans après sa première apparition en Bolivie, le virus Chapare a fait sa réapparition dans le pays au cours de l’année 2019 dans le département de La Paz. Cinq patients ont présenté un syndrome avec des signes hémorragiques et trois d’entre eux ont trouvé la mort. En collaboration avec le Center for tropical diseases, le CDC avait alors confirmé le diagnostique et en avait conclu qu’il s’agissait du virus Chapare.

Transmis par les fluides corporels

Ce lundi 16 novembre, le CDC a confirmé la transmission interhumaine de ce virus, d’après les informations du Guardian. Les scientifiques ont confirmé que deux patients avaient transmis le virus par leurs fluides corporels à trois professionnels de santé dans la capitale administrative de la Bolivie, La Paz. Un des patients et deux professionnels ont finalement succombé à la maladie.

“Nos travaux ont confirmé qu’un jeune interne en médecine, un ambulancier et un gastro-entérologue ont tous contracté le virus après des rencontres avec des patients infectés”, a déclaré Caitlin Cossaboom, épidémiologiste à la division des agents pathogènes et pathologies à haut risque du CDC, dans des propos relayés par le Guardian. “Nous pensons maintenant que de nombreux fluides corporels peuvent potentiellement transporter le virus.”

Moins transmissible que le Covid-19 ?

Les chercheurs pensent que les rats sont porteurs de ce virus et le transmettent par la suite aux humains. Les symptômes de la maladie sont la fièvre, des douleurs abdominales, des vomissements, des saignements des gencives, des éruptions cutanées ainsi que des douleurs derrière les yeux. Les scientifiques ont déclaré qu’ils devaient continuer à étudier ce virus semblable à Ebola pour comprendre sa capacité à provoquer des épidémies, mais il semblerait que la transmissibilité soit moindre que pour les virus respiratoires tels que la grippe ou le Covid-19.

“Bien qu'il y ait encore beaucoup de choses qui restent inconnues sur le virus Chapare, il est louable de voir la rapidité avec laquelle cette équipe a pu développer un test de diagnostic, confirmer la transmission interhumaine et découvrir des preuves préliminaires du virus chez les rongeurs”, a déclaré le Dr Joel Breman, président de l’American Society of Tropical Medicine and Hygiene (ASTMH).

Ce contenu peut également vous intéresser :