Transition écologique, commerce international : Michel Barnier réclame "une taxe carbone aux frontières"

·1 min de lecture

Voici sa tribune : "La négociation du Brexit était un vrai combat. C'était un combat respectueux des interlocuteurs, mené de manière collective avec l'appui des 27 États de l'Union et du Parlement européen, en transparence vis-à-vis des gouvernements et des citoyens, mais c'était un combat. Nous avons sauvé le marché unique, qui était menacé d'effacement, un marché crucial pour la France et l'ensemble des 27, pour nos entreprises et pour nos emplois.

D'autres combats nous attendent à Bruxelles : le financement du plan de relance européen, l'instauration d'une taxe carbone aux frontières de l'Union, l'inclusion de l'énergie ­nucléaire dans le projet de la Commission sur les énergies propres. Les enjeux sont massifs : cesser d'être naïfs dans le commerce international, accélérer la transition écologique, retrouver la pleine ­souveraineté de la France dans ses choix énergétiques. Ces combats, il faudra les livrer et les gagner. Il y va de nos impôts et de la dette publique, de la compétitivité de nos entreprises et de la transition énergétique en France, en Europe et dans le monde.

En juillet 2020, les 27 pays de l'Union se sont mis d'accord sur un plan ­d'investissement de 750 milliards d'euros afin de faire face à la crise ­sanitaire. Une belle réponse face à une crise imprévisible. Mais le ­remboursement de ce plan n'est ­toujours pas financé. Qui paiera ? L'Union, par la levée de nouvelles ressources ? Ou les États, c'est-à-dire les contribuables ? Pour la France, l'enjeu e...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles