Transgenrisme : "Avec cet effacement des limites, c’est la suprématie des sentiments qui guide les conduites"

·1 min de lecture

Céline Masson, Caroline Eliacheff et Anna Cognet, membres de l’Observatoire des discours idéologiques sur l’enfant et l’adolescent, dénoncent l'instrumentalisation idéologique de la "dysphorie de genre".

Céline Masson, professeur des universités, psychanalysteCaroline Eliacheff, pédopsychiatre, psychanalysteAnna Cognet, psychologue clinicienne, enseignanteDans une lettre ouverte publiée lundi 8 mars dans le Journal de Montréal, un collectif de parents interpelle la Société canadienne de pédiatrie qui s’appuie sur une doxa pour affirmer ce qu’est l’"identité de genre" et la manière dont elle se "développe" chez les enfants. Selon ces pédiatres, l’"identité de genre" serait un "ressenti" en vertu de son "genre d’assignation" étant précisé que "les enfants se voient assigner "mâle" ou "femelle" en fonction de leurs organes sexuels externes" (sic). En conséquence, ce collectif de parents s’inquiète du détournement de sens opéré par ces pédiatres en subsumant sexe et genre au point de les confondre et affirmer que les enfants seraient "assignés" à la naissance. "Par qui, interrogent les parents la confusion entre "sexe" et "genre" serait-elle acceptée ? Si on peut parfois excuser un tel raccourci dans les sciences sociales, on ne peut certainement pas l’admettre dans le domaine médical, d’autant plus lorsqu’il s’agit de la santé de nos enfants […] Comment un médecin peut-il dissocier une personne de son corps ?" Un enfant né fille ou garçon n’est pas "assigné" ;...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?