Un transfert de plutonium de la France vers le Japon dénoncé par les ONG

C'est une opération qui fait grincer des dents. Dans les prochaines heures, une cargaison de MOX va quitter la Hague de Cherbourg dans la Manche, direction le Japon en bateau. Le MOX est un combustible nucléaire très radioactif, composé de plutonium et d'uranium. Ce n'est pas la première fois qu'une telle opération a lieu, mais elle inquiète les ONG de défense de l'environnement, notamment Greenpeace.

Du MOX, un combustible nucléaire composé notamment de plutonium, une substance très radioactive, va partir « mercredi », 7 septembredu port de Cherbourg, dans le nord de la France, pour le Japon, a affirmé vendredi Greenpeace.

Interrogé par l'AFP, le groupe Orano a seulement confirmé que du MOX partirait « prochainement » de Cherbourg. « Les navires spécialisés Pacific Egret et Pacific Heron de la compagnie maritime britannique PNTL (Pacific Nuclear Transport Limited) y participeront », a précisé l'entreprise.

Orano avait déjà confirmé en août qu'elle préparait un transport de MOX vers le Japon mais sans préciser d'où il partirait ni à bord de quel bateau.

« Complétement irresponsable »

« Orano et ses partenaires industriels ont une longue expérience de ce type de transport entre l'Europe et le Japon », souligne de son côté le groupe français. « Le plutonium contenu dans le MOX n'est pas le même que celui utilisé par les militaires », selon l'entreprise.

Interdiction d'approcher le convoi

Ces interdictions sont assorties d'une astreinte de 75 000 euros par personne et par infraction constatée.

(Avec AFP)


Lire la suite sur RFI