Traitements non approuvés contre le Covid-19 : scandale chez un groupement hospitalier brésilien

·2 min de lecture

Prevent Senior, un groupement hospitalier brésilien, est accusé d’avoir minimisé le nombre de décès causés par le Covid-19 et d’avoir administré des traitements expérimentaux aux patients sans autorisation.

Un dossier de 10 000 pages et des accusations gravissimes. Prevent Senior, un groupement hospitalier et service de mutuelle brésilien, est soupçonné d’avoir minimisé le nombre de décès causés par le Covid-19 au sein de ses établissements et d’avoir administré à des patients âgés des traitements expérimentaux sans autorisation. Selon une douzaine de lanceurs d’alerte, les médecins travaillant pour ces hôpitaux étaient sous pression de leur direction, risquant représailles voire licenciement, pour administrer aux patients un «kit Covid» composé d’hydroxychloroquine, d’azithromycine et d’ivermectine, trois produits qui se sont révélés inefficaces pour lutter contre le Covid-19. Le premier avait été vanté par le président brésilien Jair Bolsonaro lui-même, qui a déjà brandi des plaquettes de cet antipaludique, au cœur d’une polémique en France après les travaux vivement critiqués du professeur français Didier Raoult.

A lire :"Arrêtez de geindre!" clame Bolsonaro, malgré le bilan catastrophique au Brésil

A l’origine de ce scandale révélé par GloboNews, l’avocate des anciens employés de Prevent Senior qui ont lancé l’alerte assure qu’il y a la volonté politique d’éviter un confinement, avec l’accord de certains officiels brésiliens. «L’économie ne pouvait pas s’arrêter donc il a fallu trouver une façon de donner de l’espoir aux gens qui sortaient travailler. Cet espoir avait un nom : hydroxychloroquine», a déclaré Bruna Morato face à la commission d’enquête ouverte par le Sénat brésilien sur la gestion de la pandémie par le gouvernement. Selon elle, au moins neuf patients sont décédés après voir reçu les traitements non approuvés. «Des patients âgés très vulnérables pensaient recevoir un bon traitement, ils ne savaient(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles