Le traitement de la scoliose progresse enfin

·1 min de lecture

Les causes de cette terrible déformation de la colonne vertébrale demeurent toujours mal connues. Des travaux de chercheurs l’expliquent par une mauvaise circulation du liquide céphalo-rachidien. Une nouvelle technique chirurgicale donne de bons résultats chez des jeunes qui n’ont pas fini leur croissance.

Cet article est extrait de Science et Avenir - La recherche n°899, daté janvier 2022.

À Grenoble, ces deux dernières années, 30 adolescents ont bénéficié avec succès d’une nouvelle pratique chirurgicale pour traiter leur scoliose. La déformation de leur colonne vertébrale a en effet pu être corrigée durablement sans que les médecins n’aient recours à l’arthrodèse, le traitement de référence de cette affection, qui consiste en une fusion définitive des vertèbres.

Ces résultats, présentés en octobre dernier à Lille, lors du congrès de la Société française de médecine de réadaptation (Sofmer), témoignent des progrès de cette approche tentée pour la première fois en 2010 aux États-Unis par le Dr Lawrence Lenke, à l’hôpital presbytérien de New York. En France, "Grenoble et Lyon ont été les pionniers, mais des confrères à Dijon, Nice, Bordeaux et Amiens commencent à la pratiquer", explique Marie-Christine Maximin, chirurgienne pédiatrique au CHU de Grenoble-Alpes (Isère). Elle travaille avec le Pr Aurélien Courvoisier, qui a introduit la technique en France dès 2013. Depuis, en huit ans, environ 200 jeunes en ont bénéficié.

Cette chirurgie consiste à redresser la colonne vertébrale de l’intérieur. Le principe de la VBT (Vertebral Body Tethering) est d’introduire en premier lieu une caméra dans le thorax via de mini-incisions effectuées entre les côtes sur le côté du thorax (droit ou gauche selon le sens de la courbure de la scoliose). Des vis sont ensuite insérées dans les vertèbres responsables de la torsion. Elles permettent au médecin de tendre un câble de polyéthylène souple entre elles. Objectif : réduire la courbure scoliotique. "Ce geste concerne les cas de scoliose dites souples pour lesquels le traitement orthopédique traditionnel, c’est-à-dire le port permanent d’un corset, n’a pas donné de résultats suffisants. Il se pratique chez des jeunes qui n’ont pas fini leur croissance pubertaire et pour lesquels l’amplitude de la déformation de la colonne est important[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles