"Quand on vous traite de bougnoule le premier jour de votre affectation, c'est qu'il y a un problème" : le témoignage d'un agent victime de racisme au sein de la police

franceinfo

Quelques jours après la mort de George Floyd aux États-Unis et les manifestations contre les violences policières, la question du racisme au sein des forces de l'ordre se pose en France.

Ce policier français constate, tous les jours, un racisme ambiant dans les commissariats et dans les rangs des forces de l’ordre. Son témoignage s'ajoute à ceux déjà relayés notamment par Streetpress, Arte et Mediapart, quelques jours après la mort de George Floyd aux Etats-Unis, qui a relancé en France le débat sur les violences policières visant les minorités.

Samir*, a commencé sa carrière il y a dix ans dans la police nationale. Il est d’origine maghrébine, et pour lui les remarques racistes ont commencé très vite. "Quand on vous traite de bougnoule le premier jour de votre affectation, c'est qu'il y a un problème, lâche Samir. Je me souviens d'un collègue, quand j'étais plus jeune, qui disait qu'il refusait de serrer la main des policiers noirs et arabes parce que pour lui ils n'avaient rien à faire dans l'institution." Des remarques racistes qui se voient aussi sur le terrain. Les maghrébins, les Noirs, certains de ses collègues les appellent les "bâtards", raconte Samir.

Le problème, c'est que j'aime mon métier, mais je n'aime pas ce que certaines personnes en font.

Samir, policier

à franceinfo

"C'est inquiétant parce qu'on se demande quelle sera la prochaine étape ? On a même tendance, entre 'minorités', à se retrouver dans le même groupe pour éviter justement ce type de propos, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi