Traitée de "nazie", Brigitte Bardot explose de colère

·1 min de lecture

Brigitte Bardot a été reconnue coupable. Deux ans après un éditorial musclé publié sur le site de sa fondation, l'ex-actrice engagée pour la cause animale a été condamnée pour injure à l'encontre de Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, par le tribunal judiciaire d'Arras. Elle devra payer 5.000 euros d'amende, 1.000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1.000 euros au titre des frais de justice, à la grande satisfaction de l'avocat des chasseurs Denis Delcourt-Poudenx. Ce dernier a évoqué des "propos particulièrement violents, à la sémantique nazie odieuse et inquiétante."

Des mots que Brigitte Bardot ne digère pas, comme elle l'a rapidement fait savoir sur Twitter. "A la suite du procès que les chasseurs m'ont fait, je ne laisserai pas passer que l'on m'ait traitée de nazi", a-t-elle assuré, avant de prévenir : "Je préfère aller en prison que de donner un sou aux chasseurs". Elle devra toutefois supprimer dans un délai de 15 jours tous les passages de l'éditorial jugés injurieux et les remplacer par la mention du jugement, sous astreinte de 100 euros par jour de retard.

Déjà condamnée pour des propos diffamatoires et discriminatoires, Brigitte Bardot avait reconnu dans une lettre au tribunal être l'auteure des propos, admettant qu'ils avaient peut-être été tenus "de manière crue". Mais selon l'ex-compagne d'Allain Bougrain-Dubourg, absente lors de l'audience, ils répondaient à une "préoccupation majeure des Français". Son avocat a de son côté déploré (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Harry mystérieux : son rendez-vous secret avant de revoir William
Jalil Lespert : qui est Bérangère Allaux, la mère de ses aînés ?
Meghan Markle : pourquoi a-t-elle divorcé de son 1er mari Trevor Engelson, au fait ?
VIDEO - Rachida Dati remet à sa place une journaliste de CNews
Emmanuel Macron privé du match des Bleus : une soirée de « lose »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles