Trains : découvrez comment obtenir une réduction de 25 à 50 %

Trains : découvrez comment obtenir une réduction de 25 à 50 % (lepoint.fr)

La quasi-totalité des Français peut en bénéficier, rappelle « Le Figaro ». Néanmoins, pour en profiter, il faut faire une démarche assez fastidieuse.

Et si vous partiez à l'autre bout de la France, en train, à prix réduit ? Comme le soulève Le Figaro, il ne s'agit pas d'une arnaque ou d'une publicité alléchante soumise à de multiples conditions. En effet, chaque été, vous pouvez profiter d'un billet « congés annuels », aller-retour sur la plupart des trains de la SNCF, hormis l'offre à bas coût Ouigo. Fixée au minimum à 25 %, la ristourne peut atteindre les 50 % si vous avez prévu de régler votre trajet grâce à des chèques vacances et que vous êtes prêts à partir dans des horaires spécifiques, les périodes « bleues ».

Créé en 1936, cet aller-retour « grandes vacances » est ouvert à quasiment tout le monde. Ainsi, sont notamment concernés les fonctionnaires comme les salariés du privé. Dans le même temps, vous pouvez aussi profiter de cette offre si vous êtes en cessation anticipée d'activité, si vous êtes indépendant ou bien encore agriculteur. Par ailleurs, les demandeurs d'emploi et les retraités y ont aussi droits.

Concrètement, l'offre concerne à chaque fois une seule personne et un seul billet. Ainsi, si vous voyagez avec vos proches, il est aussi possible d'appliquer cette réduction. Seule condition : le prix total du voyage doit être réglé pour le groupe, en une seule fois.

À LIRE AUSSI La SNCF lance des trains moins chers… mais plus lents !

Un dossier et des conditions pour en profiter

Dans les faits, le trajet que vous utiliserez avec cette offre « congés annuels » peut comporter un ou plusieurs arr [...] Lire la suite

VIDÉO - 5 choses à savoir sur la SNCF

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles