Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Selon le GIEC, 70% des émissions de carbone sont issues des transports routiers, 12% de l'aviation, 11% des transports maritimes, et 1% des transports ferroviaires. | Josh Nezon via Unsplash
Selon le GIEC, 70% des émissions de carbone sont issues des transports routiers, 12% de l'aviation, 11% des transports maritimes, et 1% des transports ferroviaires. | Josh Nezon via Unsplash

La situation peut sembler incongrue: dans les vallées alpines, des élus écologistes s'opposent de longue date à la construction d'une ligne de train. Voué à relier l'Auvergne-Rhône-Alpes au Piémont italien, le tunnel ferroviaire Lyon-Turin suscite le débat: sa réalisation accuse quinze ans de retard et son coût a explosé de 85% selon la Cour des comptes européenne. Son promoteur, Tunnel Euralpin Lyon Turin (TELT), défend toujours que l'ouvrage permettra de reporter le fret des routes vers le rail, décarbonnant ainsi les flux de marchandises transfrontaliers. Pourtant, le bilan carbone du chantier laisse à désirer.

Le TELT estimait en 2012 que la construction de la liaison transfrontalière générerait 10 millions de tonnes d'équivalent CO2 (teqCO2). En se basant sur les estimations de trafic du maître d'ouvrage, la Cour des comptes européenne a conclu que les émissions du Lyon-Turin ne seraient compensées que vingt-cinq ans après son entrée en service. À condition que les projections présentées n'aient pas été surévaluées, nuance l'institution: «Cette prédiction dépend en outre des volumes de trafic: s'ils n'atteignent que la moitié du niveau prévu, il faudra cinquante ans à partir de l'entrée en service de l'infrastructure avant que le CO2 émis par sa construction soit compensé.»

Un exemple et un doute parfois utilisés par les défenseurs de l'aviation pour alourdir la facture carbone des trains. Avec raison?

Tenir compte des émissions pour produire l'énergie

D'abord, il faut rappeler les ordres de grandeur. Selon le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), 15% des émissions mondiales de CO2 sont produites directement par le secteur des transports. Plus encore si on y inclut les émissions indirectes: production d'énergie et construction des infrastructures. Car...

Lire la suite sur Slate.fr.