« Une trahison pour un poste » : Jean-Yves Le Drian sévèrement critiqué dans son fief

·1 min de lecture

L'image du "menhir" serait-elle en train de se fissurer ? Ministre depuis 2012 - quasi un record de longévité - et grand ambassadeur de la Bretagne au gouvernement, Jean-Yves Le Drian (73 ans) n'arrive pourtant plus à rassembler sur ses terres. La faute à son soutien à Emmanuel Macron, depuis 2017, que n'a toujours pas digéré son ancienne famille politique qu'est la gauche. "Le Drian, c'est du passé. Fini. Nous poursuivons notre route sans lui", tranche Yohann Nédélec, premier secrétaire de la fédération socialiste du Finistère, dans Le Monde. L'adjoint au maire de Brest juge que l'ex-poids lourd du PS - il y a passé pas moins de 44 ans - a "tourné le dos à sa famille".

Chez d'autres ex-alliés du ministre des Affaires étrangères, on retrouve des critiques encore plus cinglantes. Pour Marylise Lebranchu, ex-maire PS de Morlaix (Finistère) qui a côtoyé Jean-Yves Le Drian au gouvernement, ce ralliement à En Marche est une "trahison pour un poste", tandis que l'ancien maire de Rennes Edmond Hervé parle d'"ingratitude". Bonne ambiance. "C’est quelqu’un de madré et rusé, qui comprend l’état d’esprit breton… ", pense de son côté Christian Troadec, maire de Carhaix (Finistère) préférant voir de la roublardise chez l'ex-président du conseil régional de la Bretagne.

Des critiques dont l'intéressé a parfaitement conscience. Même si celui qui incarnait le centre gauche du PS avance des arguments de poids justifiant la rupture : les frondeurs qui ont "miné" le quinquennat de François Hollande (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Olivier Véran et le "tétongate" : cette petite explication qu'il a dû avoir avec sa famille
"Il veut le combat et la défaite" : François Bayrou s'obstine... Emmanuel Macron laisse faire
VIDEO - Nicoletta a vécu une expérience de mort imminente : "Pendant des années, je n'en ai pas parlé"
VIDEO - "Christophe voyait son fils en cachette" : les révélations de Michèle Torr
Meghan Markle et Harry interviewés par Oprah Winfrey : un exercice de pure complaisance ?