"Trahison chez les Mormons" : dans la tête d'un psychopathe

·1 min de lecture

La série documentaire de la BBC, diffusée sur Netflix, revient sur un fait divers qui a traumatisé la communauté mormone américaine et un pays tout entier : les attentats à la bombe de Salt Lake City, en 1985, commis par un faussaire de génie devenu meurtrier. Fascinant.

Netflix ne se contente pas de construire une programmation originale grâce à de pertinentes séries venues des Etats-Unis, de Turquie ou de la vieille Europe ; elle investit aussi dans le documentaire, ce genre dont les sujets dépassent, parfois et de loin, la fiction. Et, à ce jeu-là, Netflix se distingue. Le captivant “Making A Murderer”, l’incroyable “Tiger King” ou “Icarus”, sur le système de dopage étatique en Russie, qui a reçu l’Oscar du meilleur film documentaire en 2018, ne sont que des exemples parmi d’autres de la capacité de la plate-forme de Los Gatos, en Californie, à se démarquer. Sa spécialité ? Le True Crime, entendez le documentaire criminel.Dernier en date, “Trahison chez les mormons”, réalisé par Jared Hess et Tyler Measom, qui revient sur l’affaire qui a ébranlé et traumatisé la communauté mormone américaine, mais aussi les Etats-Unis dans leur ensemble. Le 15 octobre 1985, dans la matinée, une bombe artisanale explose dans un bureau du centre-ville de Salt Lake City, tuant le collectionneur de documents anciens Steven Christensen, et blessant sa secrétaire. Dans l’après-midi de la même journée, une deuxième bombe, toujours artisanale, tue Kathleen Sheets à son domicile,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République