Les trafiquants blanchissaient plus de 90 millions d’euros par an

·1 min de lecture

"C’est une autre stratégie pour lutter contre le trafic de drogue", résume un enquêteur. Cette fois, il ne s’agit pas de saisie record de résine de cannabis mais bien d’un coup d’arrêt au blanchiment de sommes colossales générées par le trafic de stupéfiants. Au début du mois de novembre, à Sète, Frontignan et Saint Jean de Vedas, dans l'Hérault, les gendarmes ont arrêté trois hommes de 36 ans à 41 ans, soupçonnés d’être impliqués dans ce réseau. Ils ont depuis été mis en examen par un juge d’instruction de la JIRS de Lyon. Les deux principaux suspects ont été écroués, le troisième placé sous contrôle judiciaire. Environ 600.000 euros en bien immobiliers ont été saisis.

18 suspects appréhendés dans ce dossier de collecteurs d’argent de la drogue

C’est le dernier volet de ce vaste dossier qui mobilise à temps plein une cinquantaine d’enquêteurs depuis plus de 18 mois. Les gendarmes des sections de recherches de Lyon, Nîmes, Chambéry et Montpellier ont enquêté avec l’appui du GIGN et des gendarmes départementaux, en coordination avec Europol. Au total, 18 suspects ont été appréhendés dans ce dossier de collecteurs d’argent de la drogue. C’est une société marocaine de transport de marchandises qui est au cœur du trafic.

"Le trafic était organisé autour d’un transporteur routier qui utilisait une flotte de camion commerciaux qui transportaient d’autres marchandises", explique à Europe 1 le colonel Laurent Lesaffre, commandant de la section de recherches de Lyon. Par sacs entiers,...


Lire la suite sur Europe1