Trafic de drogue: Darmanin fustige les consommateurs et souhaite "des contrôles dans les beaux quartiers"

·2 min de lecture

À plusieurs reprises, le ministre de l'Intérieur a souligné que les consommateurs aisés étaient également complices de la mort à Marseille d'un adolescent de 14 ans.

Quelques heures après la mort d'un adolescent de 14 ans sur fond de trafic de drogue à Marseille, Gérald Darmanin souhaite frapper fort. Invité sur notre antenne ce jeudi soir, le ministre de l'Intérieur a indiqué vouloir intensifier le contrôle des consommateurs de stupéfiants, y compris dans les beaux quartiers. Pour lui, ces derniers ont une part de responsabilité dans ce nouveau drame marseillais. 

"Il faut que l’on sache une chose, la drogue, c’est l’offre et la demande, et je veux dire ici à vos spectateurs que lorsqu’on consomme du cannabis, de la cocaïne, ça peut apparaître récréatif comme ça, et en fait vous faites vivre des gens qui exploitent des enfants de 14 ans, de 12 ans, de 11 et 10 ans".Ils exploitent des personnes humaines, des gens que l’on fait dormir dans des caves pour tenir des barres d’immeubles, des pauvres gens qui ont des appartements HLM qui doivent cacher de l'argent, des nourrices. Ils tentent d’imposer la loi du plus fort, on fait partir cet argent à l’étranger", martèle-t-il.

Pour lui, "fumer du cannabis, avoir de la cocaïne sur soi, c’est être complice de la mort de ce jeune homme" et "parfois, on finance des réseaux criminels et terroristes."

Contrôles dans les "beaux quartiers" 

Alors pour lutter contre cela, Gérald Darmanin a souligné vouloir accentuer les contrôles de la consommation, "mais pas seulement celle des jeunes de quartier ou de banlieue comme on dit trop rapidement." 

"Je connais plein d’endroits bourgeois où on consomme du cannabis, où on consomme de la cocaïne, et dont on se dit pourquoi c’est le bordel à Marseille, pourquoi c’est difficile en région parisienne. Les personnes qui sont de catégories sociales plus élevées vont vivre ce trafic parfois. J’ai dit au préfet de police pour Paris, au directeur de la police nationale, que je veux aussi des contrôles contre la drogue dans les beaux quartiers pour éviter cette consommation", a-t-il lancé.

Pour cela, le ministre a assuré vouloir équiper les forces de l'ordre de plus de chiens "qui instantanément peuvent dire si lors d'un contrôle un individu possède des substances illicites." 

Ce dernier a également assuré vouloir s'en prendre aux "uber shit", "lorsqu'on commande sur Snapchat et qu'un scooter livre dans un immeuble du XVIe arrondissement, ça fait vivre un trafic responsable de la mort d'un enfant de 14 ans." 

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles