Un trafic d'ivoire et de cornes de rhinocéros en procès à Rennes

·2 min de lecture
Le prix de la corne de rhinocéros a atteint les 100.000 euros le kilo au détail en Asie ces dernières années.  (Photo: JACK GUEZ via Getty Images)
Le prix de la corne de rhinocéros a atteint les 100.000 euros le kilo au détail en Asie ces dernières années. (Photo: JACK GUEZ via Getty Images)

TRIBUNAL - C’est une bande organisée par-delà les frontières. Le procès de neuf prévenus vietnamiens, britanniques et chinois s’ouvre à Rennes ce lundi 6 septembre. Membres d’un réseau international de trafic d’ivoire et de cornes de rhinocéros, certains appartiennent aux “Rathkeale Rovers”, un groupe criminel connu en Irlande.

Seuls trois des neuf prévenus, âgés de 29 à 58 ans, se sont présentés lundi matin devant le tribunal correctionnel de Rennes. Deux sont en fuite et les autres sont représentés par leurs avocats. Ils encourent une peine de 10 ans d’emprisonnement ainsi qu’une lourde peine d’amende.

Pour l’association Robin des Bois, qui s’est portée partie civile, c’est “l’internationale des fossoyeurs d’éléphants et de rhinocéros” qui est jugée jusqu’à mercredi. Le commerce d’espèces protégées est encadré par la Convention de Washington du 1er juillet 1975.

Une première sur le territoire français

L’affaire débute par un simple contrôle douanier dans la nuit du 10 au 11 septembre 2015 sur une route nationale de la Vienne. À bord de la BMW, les douaniers de Poitiers découvrent quatre défenses d’éléphant d’Afrique de 42,6 kg et 32.800 euros en espèces.

Les passagers, qui se disent brocanteurs, se révèlent être des membres d’un groupe de délinquance itinérante connu sous le nom de “Rathkeale Rovers” (les vagabonds de Rathkeale), du nom du village irlandais du comté de Limerick (sud-ouest) où ils sont basés.

À partir des premières arrestations de 2015, les douaniers français vont mettre à jur deux réseaux de trafic international d’ivoire brut et de corne de rhinocéros vers le Vietnam et la Chine, tous deux en relation avec les “Rathkeale Rovers”.

Durant leurs investigations, les douaniers ont découvert plusieurs ateliers de transformation de cornes et de défenses, un fait totalement inédit sur le territoire français, d’après un expert. Les cornes de rhinocéros étaient transformées en poudre, copeaux, billes ou pointes pour être exportées et vendues plus facilement en Chine.

Sur le marché noir, le prix des cornes de rhinocéros varie de quelques dizaines de milliers à plusieurs centaines de milliers d’euros. En 2017, on estimait qu’elles se vendaient entre 50.000 et 70.000 euros le kg. Une corne de près de 15 kilos a été saisie durant l’enquête, ainsi qu’une quarantaine de défenses d’éléphant.

À voir également sur Le HuffPost: “Sur le Front”: enquête choc sur la chasse au pangolin pendant le Covid-19

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

A LIRE

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles