Trafic d'antiquités: qui est Jean-Luc Martinez, l'ex-patron du Louvre mis en examen?

L'ancien directeur du musée du Louvre, Jean-Luc Martinez, à Abu Dhabi, le 2 décembre 2016 - KARIM SAHIB © 2019 AFP
L'ancien directeur du musée du Louvre, Jean-Luc Martinez, à Abu Dhabi, le 2 décembre 2016 - KARIM SAHIB © 2019 AFP

Ancien patron du Louvre, Jean-Luc Martinez, a été mis en examen dans une affaire de trafic d'antiquités en lien avec le Louvre Abou Dhabi. Il a dirigé le musée de 2013 à 2021, après avoir été à la tête du département des antiquités grecques et conservateur en chef du patrimoine pendant une quinzaine d'années.

Né à Paris, d'une mère concierge et d'un père postier, l'homme de 58 ans avait 11 ans quand son école de Fontenay-sous-Bois l'emmène au musée. Subjugué par ce qu'il voit, il y retourne régulièrement pour dessiner la Victoire de Samothrace ou la Vénus de Milo.

Des statues qu'il ne quittera jamais vraiment puisque après le baccalauréat, il passe une agrégation d'histoire, suivie d'études d'archéologie à l'École du Louvre puis à l'École française d'Athènes où il devient spécialiste du site antique de Delphes. Il revient au Louvre, où il devient en 2007 conservateur en chef de la sculpture grecque, avant d'endosser le costume de grand patron des lieux.

Le Louvre, c'est "ma vie, mon rêve d'enfant, ma passion d'adolescent", disait-il à l'Agence France-Presse (AFP) au moment de sa prise de fonction à la tête du Louvre en 2013.

Deux mandats à la tête du plus grand musée du monde

Sous sa présidence, le musée parisien franchit pour la première fois la barre des 10 millions de visiteurs par an avant la crise Covid, se hissant au rang de l'établissement le plus fréquenté du monde. On lui doit la réorganisation de la salle qui abrite la Joconde pour améliorer le confort des visiteurs, pour qui il a aussi facilité le système de réservations.

Jean-Luc Martinez a également participé à l'organisation d'expositions événements comme celle consacrée à Léonard de Vinci qui a dépassé le million d'entrées. Enfin, ses deux mandats sont aussi marqués par un virage marketing important, avec des collaborations avec Airbnb, Alibaba - le Amazon chinois - mais aussi Uniqlo.

C'est sous sa présidence qu'a été inauguré en 2017 le Louvre Abou Dhabi, pharaonique projet qui a vu le jour avec plusieurs années de retard et deuxième déclinaison du musée après celle de Lens, ouverte fin 2012.

Dérive autoritaire et isolement

Après sa nomination en 2013 et sa reconduction pour trois ans en 2018, Jean-Luc Martinez est candidat à sa propre succession en 2021. Équivalente à un scrutin présidentiel dans le monde de l'art, celle-ci a vu des voix s'élever contre l'archéologue. Ainsi, ses détracteurs l'accusent de vendre le musée aux touristes, d'acheter des œuvres médiocres et de se comporter en autocrate, peut-on notamment lire dans les colonnes du Monde.

À l'époque, Jean-Luc Martinez s'était d'ailleurs défendu: "Il y a toujours des contestations. Mais on ne braque pas un paquebot comme le Louvre en changeant complètement (...) Les choses prennent dix, vingt ans pour s'incarner".

Dans son article, Le Monde donne également la parole à des proches de Jean-Luc Martinez, qui dénonçaient alors sa dérive autoritaire et son isolement. "Non seulement il exige de relire tous les cartels qui sont installés dans le musée, mais il décide qui peut occuper tel bureau", témoignait un directeur du Louvre auprès du quotidien.

"Tout passe par lui, il décide de tout. Il a même refusé que les attachés de recherche partagent le même bureau que les conservateurs qui travaillent sur le même sujet qu'eux." 876450610001_6306881147112

Nommé ambassadeur pour la coopération internationale en matière de patrimoine par le gouvernement en juillet 2021, il était notamment chargé de répondre à des demandes d'expertises de pays étrangers en matière de lutte contre le trafic d'œuvres d'art.

Pourtant, il aurait notamment "fermé les yeux" sur de faux certificats d'origine de cinq pièces d'antiquités égyptiennes, dont une stèle en granit rose de Toutankhamon, acquises par le Louvre Abu Dhabi pour plusieurs dizaines de millions d'euros.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles