Tract du RN contre le Nouveau Front populaire : un document trompeur, et illégal ?

Des tracts du candidat du Rassemblement national aux élections législatives françaises, Julien Odoul, distribués le 23 juin ont suscité de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. Ce dernier est accusé d'avoir attribué au Nouveau Front populaire plusieurs propositions trompeuses, voire fausses, et d'utiliser ainsi des méthodes "illégales". Si les propos attribués sont largement exagérés et trompeurs, des experts en droit électoral nuancent l'illégalité de tels procédés.

La vérification, en bref :

  • Le candidat du Rassemblement national dans l'Yonne Julien Odoul a été critiqué pour avoir distribué des tracts dénonçant le Nouveau Front populaire à l'aide d'arguments faux ou caricaturaux. Des internautes y ont aussi vu une manœuvre "illégale" de la part du candidat.

  • Plusieurs des propos attribués à l’alliance de gauche sont en effet trompeurs et absents du programme commun sur lesquels les partis se sont mis d’accord.

  • Difficile toutefois de se prononcer sur l'illégalité supposée de tels tracts : les trois experts interrogés par la rédaction des Observateurs indiquent que le régime juridique de la liberté d'expression en matière électorale est plus souple et permet "l'exagération". Ce type de sanctions s'applique en pratique surtout en cas d'élections très serrées.

La vérification en détails

À une semaine du premier tour des élections législatives, le candidat du Rassemblement national Julien Odoul a fait campagne à Pont-sur-Yonne le 23 juin, commune de la 3e circonscription de l'Yonne, dont il est député sortant et où il se représente.

Des tracts illégaux ?


Lire la suite sur Les Observateurs - France 24