Des traces de mains et de pieds trouvées au Tibet sont-elles la "plus ancienne œuvre d'art pariétal" ?

·2 min de lecture

Une équipe sino-britannique assure avec fracas avoir trouvé sur le haut plateau tibétain une "œuvre d’art pariétal" vieille de 160.000 ans au plus tôt, faisant d'elle la plus ancienne du genre Homo. De quoi laisser sceptiques d'autres spécialistes de la préhistoire.

Cinq empreintes de mains et cinq de pieds imprimées sur un petit rocher. Le vestige n’a rien d’imposant, mais la façon dont l’interprète une équipe de chercheurs chinois et britanniques a de quoi le rendre tout à fait exceptionnel : il serait "la plus ancienne œuvre d’art pariétal", selon le titre de l’étude publiée le 10 septembre 2021 dans le . La roche a été localisée à Quesang, à plus de 4.000 mètres d'altitude à quelques 80 kilomètres de Lhassa, la capitale du Tibet.

Lire aussi

À ce jour, les plus vieilles œuvres pariétales ont été découvertes en 2019 (dans la grotte de Leang Bulu Sipong 4), et . Datées à l’uranium-thorium, elles remonteraient à 40.000 ans avant le présent environ. Selon l'équipe à l'origine de la récente publication, qui ne manque pas de faire tiquer plusieurs experts, les empreintes de mains remonteraient, elles, à… 169.000 ans avant notre ère au plus tôt, et potentiellement jusqu'à 226.000 ans. Soit plus de 180.000 ans avant Salawesi et El Castillo.

Crédits : David D. Zhang, Université de Guangzhou

Jeu d'enfants

Toujours selon les auteurs, ces empreintes auraient été réalisées par deux enfants "de façon intentionnelle" à la surface d’un bloc de travertin tendre. "Les traces n'ont pas été imprimées lors d'une locomotion normale ou par l'utilisation des mains pour stabiliser le mouvement, comme cela a été rapporté sur le site de Rocomonfina, en Italie", assurent les chercheurs, dont les travaux ont été dirigés par David D. Zhang, professeur de géographie à l’Université de Guangzhou.

Le travertin, type de calcaire déposé ici en une mince couche par l’eau d’une source chaude aujourd’hui disparue, aurait servi de support d'expression aux petits individus alors qu'il était encore mou. Avec le temps, il se serait solidifié à la manière d’une plaque d’argile dans laquelle les bambins d'aujourd'hui enfoncent leur petite main en guise de souvenir. Mais dans quel contexte ont été réalisées ces traces ? Pourquoi les qualifier d'œuvre d'art alors qu'e[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles