Sur les traces de Foued Mohamed-Aggad, le troisième kamikaze du Bataclan

Francetv info avec AFP


Foued Mohamed-Aggad, 23 ans, a été identifié comme le troisième kamikaze qui s'est fait exploser au Bataclan, vendredi 13 novembre. Le jeune homme, originaire de Wissembourg, à une soixantaine de kilomètres de Strasbourg (Bas-Rhin) où il vivait au domicile de sa mère, était parti en Syrie fin 2013 avec son frère et huit amis du quartier sensible strasbourgeois de La Meinau.

Son père, qui vit à Bischheim, en banlieue de Strasbourg, n'avait plus de nouvelles de lui depuis plusieurs mois. D'autant que Foued Mohamed-Aggad était donné pour mort. Devant la caméra de France 2, mercredi 9 décembre, l'homme se dit surpris par les actes de son fils et de son retour en France. "Je l'aurais tué avant", jure-t-il, s'il avait su ce que son fils préparait.

Il faisait l'objet d'une fiche S pour radicalisation

Comme souvent, ses anciens voisins décrivent le jihadiste comme un jeune homme calme, poli et qui ne présentait pas de signes de radicalisation avant son départ en Syrie. Le terroriste faisait, selon une source judiciaire, l'objet d'une fiche S pour radicalisation et d'une notice bleue d'Interpol, c'est-à-dire une demande d'information sur la localisation, l'identité, l'origine ou les activités de personnes dans le cadre d'une enquête.

Foued Mohamed-Aggad et les deux autres assaillants, Omar Ismaïl Mostefaï, 29 ans, et Samy Amimour, 28 ans, ont tué 90 personnes au Bataclan et blessé des dizaines d'autres.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Comment un SMS a permis d'identifier le troisième kamikaze du Bataclan
Périgord : la saison de la truffe noire bat son plein
Beaucaire, une ville Front national
Affaire Valbuena : Benzema joue son avenir en Bleu
Chauffage : un nouvel outil pour réduire sa facture