Des trésors du passé révélés par la sécheresse historique

Ville enfouie, dinosaure géant, inscriptions prophétiques, depuis quelques mois aux quatre coins de la planète, des vestiges du passé refont surface dans les fleuves, lacs et les rivières asséchés à cause de la sécheresse que connaissent de nombreuses régions du monde.

Les empreintes de pas mesurent près de 50 cm. Elles ont été retrouvées à la fin du mois d'août au Texas, dans le lit asséché d'une rivière. Ce sont celles d'un acrocanthosaurus, l'un des plus grands dinosaures carnivores qui ait jamais existé. Les traces datent d'au moins 113 millions d'années.

Moins spectaculaires, mais tout aussi effrayantes ce sont les « pierres de la faim » qui ont été découvertes cet été, en République tchèque, en Allemagne mais aussi en France. Visibles quand l’eau est très basse, ces roches ont été gravées il y a plusieurs centaines d’années pour alerter d’une famine à venir.

À Vix, en Côte-d’Or, sur un site archéologique, l'un des plus importants terrains de fouilles du Premier Âge du fer européen, des motifs retraçant l’emplacement de bâtiments ont été mis au jour : la végétation rase rend plus visibles du ciel les constructions anciennes comme les fossés, murs et trous de pieux.

► À lire aussi : En Europe, une sécheresse aux multiples conséquences

Des villages qui réapparaissent...

Autres vestiges d'une période sombre, une vingtaine de bateaux allemands datant de la Seconde Guerre mondiale ont également refait surface dans le Danube et sont désormais échoués sur des bancs de sable.


Lire la suite sur RFI