Un très rare cas de décès dû à un virus de macaque en Chine

·1 min de lecture

Un homme de 53 ans est décédé en Chine après avoir contracté une infection extrêmement rare à l’herpès virus B qui infecte habituellement les macaques. Il s’agit du premier cas mortel jamais enregistré en Chine, selon un rapport officiel des autorités chinoises. La victime, qui travaillait dans un institut de recherche spécialisé dans l'élevage de primates, avait disséqué deux singes morts en mars. C’est probablement à cette occasion qu’il aurait été infecté. Il a d’abord présenté des nausées et des vomissements, puis de la fièvre, avant de décéder un mois plus tard le 27 mai.

Le virus herpès B du singe est répandu chez les macaques, mais extrêmement rare chez l’Homme. Moins de 40 cas ont été signalés dans le monde depuis 1932, selon l’INRS. Il s’attaque au système nerveux central et entraîne une inflammation du cerveau. Le taux de mortalité avoisine les 80 %. La maladie est a priori peu contagieuse : un seul cas de transmission d’humain à humain a été recensé dans la littérature scientifique.

Un chat, atteint d’une maladie rare, terrorise l’Italie

« L'herpès B est très bien adapté aux singes macaques et il est peu probable qu'il mute pour se propager rapidement parmi les humains », tempère Nikolaus Osterrieder, du College of Veterinary Medicine and Life Sciences, à Hong Kong. Mais les contacts rapprochés avec les animaux sauvages présentent toujours un risque de zoonose. Le 16 juillet, un cas de variole du singe a été signalé à Dallas chez une personne en provenance du Nigéria. Une maladie « susceptible de devenir la plus importante infection à orthopoxvirus chez l’Homme », prévenait l’Institut Pasteur en 2020.

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles