"On est très inquiets sur notre avenir", s'alarment les gérants de discothèques, qui ne se voient pas appliquer la distanciation

franceinfo

"On est très inquiets sur notre avenir", s'alarme mardi 2 juin sur franceinfo Aurélien Dubois, président de la Chambre syndicale des lieux musicaux, festifs et nocturnes (CSLMF), gérant du club Dehors Brut dans le 12e arrondissement de Paris. Les établissements de nuit n'ont toujours pas l'autorisation de rouvrir en France. Le Premier ministre a bien évoqué "une possible réouverture le 22 juin", mais Aurélien Dubois "ne voit pas comment on pourrait appliquer un protocole sanitaire de distanciation alors que le propre de notre activité, c'est le rassemblement (…) Baisser la fréquentation ça veut dire casser l'ADN de nos établissements."

franceinfo : Comment vivez-vous le fait de ne pas pouvoir reprendre votre activité alors que tout le pays ou presque redémarre ?

Aurélien Dubois : Alors, on est très content déjà pour nos confrères restaurateurs, pour les gens qui ont des bars et des établissements qu'ils puissent rouvrir, que la vie puisse redémarrer. Mais effectivement, nos adhérents sont très inquiets et nous aussi, en tant que responsables d'organisations professionnelles et syndicales, sur le silence qui s'est installé depuis maintenant de longues semaines et sur l'incertitude de notre réouverture. On a entendu (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi