"Un très bon 'buddy' de notre pays" : Johnson fait l'éloge de ses "très bonnes relations" avec Macron

Le Premier ministre britannique a assuré que le président français était un allié du Royaume-Uni, après des commentaires ambigus de Liz Truss, pressentie pour lui succéder.

Une tentative pour rabibocher les deux pays? Ce vendredi, Boris Johnson a tenté de rattraper les propos de Liz Truss, pressentie pour lui succéder au poste de Premier ministre britannique, qui avait éludé une question pour savoir si Emmanuel Macron était "un ami ou un ennemi".

En marge d'un déplacement dans un centre médical dans la région de Londres, Boris Johnson a qualifié Emmanuel Macron de "très bon pote" du Royaume-Uni.

"Emmanuel Macron est un très bon 'buddy' [pote] de notre pays, en principe", a assuré Boris Johnson, en français. Avant de poursuivre dans sa langue: "Je pense que les relations entre le Royaume-Uni et la France sont très importantes, elles ont été très bonnes depuis longtemps."

Un sentiment réciproque pour Emmanuel Macron

Sur Emmanuel Macron en particulier, le Premier ministre britannique insiste qu'il "a eu de très bonnes relations avec lui". Il assure même que le président français "est un fan de notre pays".

Cette déclaration tranche avec les propos très réservés de Liz Truss. La secrétaire d'État aux affaires étrangères britanniques est en campagne pour accéder à la tête du parti conservateur, et succéder à Boris Johnson, qui a annoncé sa démission. Lors d'une réunion, jeudi, elle a botté en touche à la question "Emmanuel Macron, ami ou ennemi?"

"Le jury n'a pas fini de délibérer. [...] Si je deviens Première ministre, je le jugerai sur ses actes et pas sur ses mots", a-t-elle répondu.

Lors de son déplacement en Algérie, Emmanuel Macron a quant à lui assuré que "le Royaume-Uni est une nation amie, forte et alliée, quels que soient ses dirigeants, et parfois malgré ses dirigeants ou des petites erreurs qu'ils peuvent faire dans des propos d'estrade".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Succession de Boris Johnson : les deux candidats conservateurs veulent convaincre l'Écosse