Les très étonnantes pauses offertes par une patronne suédoise à ses salariés

·1 min de lecture

Il y en a pour qui les pauses sont plus "douces" qu'ailleurs. D'après une information de LADBible, la pause quotidienne au travail dans la société de production pornographique Erika Lust Films est quelque peu spéciale. Les 36 employés ont le droit de se masturber pendant 30 minutes dans un lieu spécialement mis en place par la patronne. Cette dernière, Erika Lust, a en effet remarqué que ses employés étaient devenus agités après le confinement, mais aussi moins "performants".

Cette initiative lancée en marge du mois de la masturbation dans le pays, qui a lieu au mois de mai, pourrait perdurer dans l'entreprise toute l'année, explique LADBible. "J'évalue mes employés et je sais que quand ils se sentent bien, ils font du bon boulot", admet Erika Lust. "Donc comme je savais qu'il n'y avait qu'une chose qui leur permettait de se sentir bien, j'ai installé cette station privée de masturbation pour qu'ils s'éclatent", ajoute la Suédoise.

>> A lire aussi - Pause travail : et si on s’inspirait de l’étranger ?

Une pause plutôt bien appréciée par les employés, à en croire l'une d'entre elles qui avoue même que cela réduit son stress. Elle précise : "Imaginez un peu, une équipe d'employés dont le jus créatif coule, est productive parce qu'ils ont eu ce temps spécifique pour se sentir bien." Cela rendrait également moins agressif.

Une autre de ses collègues, une sexologue, explique quant à elle que les effets de la masturbation ont été prouvés "pour rendre plus heureux, plus détendu et plus (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : le gendre du président du Nigeria recherché dans une affaire de fraude colossale
“L’Assemblée doit accepter que la HATVP agrée les associations anti-corruption”
Plusieurs joueurs de l'Inter Milan mis à l'amende pour un anniversaire dans un hôtel
Subventions à Airbus et Boeing : les Etats-Unis veulent régler le conflit d’ici juillet
Les recommandations de la Cnil pour le pass sanitaire, la voiture bannie du centre de Paris dès 2022 ?... Le flash éco du jour