Toyota Aygo X : entre deux chaises

Tout est dans l'apparence et l'équipement avec un rêve pour Toyota : rivaliser avec la Fiat 500 en la démodant.
Tout est dans l'apparence et l'équipement avec un rêve pour Toyota : rivaliser avec la Fiat 500 en la démodant.

Faire cavalier seul a posé un sacré problème à Toyota. Alors qu'il faisait ménage à trois jusque-là avec Peugeot (106) et Citroën (C1), divisant ainsi l'investissement dans l'usine de Tchéquie, l'abandon de poste des Français a rebattu les cartes de l'Aygo. Cette défection est motivée par une réglementation de plus en plus exigeante qui oblige à renchérir les petits modèles bien au-delà de leur tarif naturel. Toyota, crânement, croit toujours à la voiture de ville, mais il se rend à l'évidence qu'il faut hausser les prestations et justifier un prix plus élevé.

LA PHILOSOPHIE

Ainsi est née l'Aygo X, qui n'est pas une lettre, en dépit des apparences, mais une sorte de logo signifiant Cross. Pas très clair, convenez-en, mais les lois du marketing sont parfois impénétrables. On devrait retrouver ce X sur d'autres modèles, qui créeront ainsi une famille de crossovers urbains. Comment Toyota s'en est-il tiré pour imaginer ce modèle beaucoup plus nouveau qu'il n'y paraît ? En puisant naturellement dans son énorme banque d'organes.

Si la silhouette évoque fortement une Aygo précédente génération mais outrageusement bodybuildée, ce n'est plus du tout la même voiture. En réalité, il faut regarder du côté de la grande sœur Yaris, produite en France, pour trouver la base nettement agrandie selon les nouveaux canons de la voiture urbaine. De quoi assumer sa mission de crossover, escalades de trottoirs comprises. Sur ce plan, c'est plutôt une promesse non tenue, car la gar [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles