"Toute trace d’elle a été perdue": portrait d'Eden Zacharia, otage du Hamas depuis les attaques du 7 octobre

L'incertitude demeure autour des otages israéliens. Plus d'un mois et demi après les attaques du Hamas en territoire israélien, plus de 200 otages sont toujours gardés par le groupe islamiste dans la bande de Gaza. En Israël, la pression s'accentue sur le gouvernement, qui refuse jusqu'ici tout cessez-le-feu sans leur libération tandis que leurs proches vont rencontrer lundi soir "l'ensemble du cabinet de guerre" israélien.

Ce dimanche, le Qatar qui mène une médiation, a affirmé qu'il ne restait que des obstacles "très mineurs", notamment "logistiques" et "pratiques" en vue d'un accord afin de libérer ces otages. Au cours de cette semaine, BFMTV diffuse une série de reportages consacrés à plusieurs de ces otages, dont les familles continuent de se mobiliser.

Son petit ami est mort en la protégeant

Le samedi 7 octobre, Eden Zacharia, une jeune femme âgée de 28 ans, participait au festival Supernova Desert, organisé à quelques kilomètres de la bande de Gaza, lorsque les offensives du Hamas ont débuté. C'est alors qu'elle tentait de prendre la fuite en voiture qu'elle est, avec son petit ami, prise pour cible par des tirs.

"Ils nous tirent dessus, ils sont tout proches!", dit-elle au téléphone à sa mère, qui vit son enlèvement en direct, rapporte le quotidien en ligne Times of Israël. Son petit ami, Ofek Kimchi, a perdu la vie dans la fusillade alors qu'il tentait de protéger Eden, qui a ensuite été emmenée en direction de la bande de Gaza.

"Je sais que ma fille a été blessée par balles, c’est la dernière information qui m’a été donnée par une amie de ma fille qui a réussi à se sauver. À partir de cet instant, toute trace d’elle a été perdue", dit sa mère, Orin Ganz Zach, auprès de BFMTV.

Pour sa part, son père, Ilan Zacharia, a lancé un appel solennel lors d'une manifestation tenue pour appeler à la libération des otages. "Je demande à la Croix-Rouge de prendre soin d’Eden, elle est blessée", a-t-il imploré.

"Elle survivra à ça"

Sur les réseaux sociaux, Orin Ganz Zach n'a cessé de faire les louanges de sa fille, qu'elle décrit comme une personne heureuse, et qui sème le bonheur autour d'elle.

"S'il y a quelque chose que vous ne pouvez par rater chez Eden c’est son sourire. Elle voulait vraiment que tout aille bien pour tout le monde, le monde ne peut pas supporter de la perdre, c’est une trop bonne personne", décrit-elle.

Toujours selon sa mère, Eden ne participait pas souvent à des festivals de ce type mais qu'elle est allée au Suipernova Desert "pour avoir un sentiment de liberté."

"Ma fille est intelligente. Ma fille est forte. C'est une survivante. Je sais que si elle a la moindre chance, elle survivra à ça", termine cette dernière, dans les colonnes de JNS.

Article original publié sur BFMTV.com