"TousAntiCovid est avant tout un outil de communication politique"

·1 min de lecture

Les mesures prises au nom de la sécurité sanitaire peuvent-elles dériver vers plus de surveillance des citoyens par les Etats ? C'est un risque, selon le journaliste de Télérama Olivier Tesquet, spécialisé dans les questions de cybersurveillance et de cybersécurité qui publiera un livre sur le sujet au printemps. Invité de Culture Médias, il explique en quoi l'application TousAntiCovid a d'abord une utilité politique, et les risques qu'elle contient si la France la fait évoluer comme certains pays étrangers l'ont déjà fait.

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

Olivier Tesquet a téléchargé TousAntiCovid sur son propre téléphone, afin de comprendre comment fonctionnait l'application. "La première utilité que je lui trouve, c'est la facilité à générer des attestations. Je pense que beaucoup de gens l'ont téléchargée pour cette raison", estime-t-il.

Et c'est d'ailleurs ce qui lui pose problème. "Depuis le début, et c'est le cas aussi dans d'autres pays, ces applications n'ont pas montré qu'elles avaient un impact significatif sur le virus et son taux de reproduction", explique Olivier Tesquet.

Des arguments plus affectifs que rationnels

"Ce sont bien plus des outils de communication politique que des out...


Lire la suite sur Europe1