Tours : Une collégienne mise en examen pour tentative d’assassinat sur un enseignant

J.-L.D. avec AFP

JUSTICE - L’adolescente de 13 ans, qui a reconnu les faits, a des difficultés à expliquer les raisons de son geste

Les raisons de son geste restent encore bien mystérieuses. Une collégienne de 13 ans a été mise en examen pour tentative  d’assassinat à l’encontre d’un de ses  enseignants et placée en détention provisoire, a-t-on appris dimanche auprès du procureur de la République de Tours. « Sans aucun antécédent judiciaire », elle a été, samedi soir, « placée en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention », a indiqué le magistrat.

L’enseignant « a été légèrement blessé au niveau thoracique et son incapacité totale de travail a été fixée à un jour. Il n’a pas été hospitalisé », a précisé le procureur Grégoire Dulin. Les faits se sont déroulés vendredi « en fin de matinée (…) dans l’enceinte du collège Puy de la Roche, à Richelieu » (Indre-et-Loire). Ce collège est un « collège calme », mis à part ces faits. L’adolescente « a agressé, à la fin d’un cours, avec un couteau de type pliable son professeur de mathématiques », a expliqué le magistrat. La jeune fille avait pris chez elle le matin des faits ce couteau de type pliable « et ne l’avait jamais emmené au collège avant », a-t-il dit.

La collégienne reconnaît les faits

La collégienne a été « immédiatement interpellée » et placée en garde à vue. Après une prolongation de garde à vue samedi, la mineure a été présentée samedi en fin d’après-midi au parquet. « La poursuite des investigations a été confiée à un magistrat instructeur », a-t-il détaillé.

Grégoire Dulin a précisé que « la jeune fille a reconnu les faits lors de sa garde à vue ». « Décrit(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Nouvelle agression d'un prof à Saint-Denis: «Rien n'a changé» se plaignent les enseignants
Givors: Une adolescente de 13 ans a été rouée de coups à la sortie du collège
Opération « collège mort » dans un quartier de Strasbourg après une agression et des menaces de mort
Agression d'enseignante à Saint-Denis: «Il y a un désengagement de l'Etat»