A Tours, 1 600 capitaines pour un Bateau

Libération.fr

Un collectif s’est formé pour racheter et faire revivre le Bateau ivre, une salle de concert emblématique de la ville fermée à cause d’une baisse des subventions.

Au pied de la scène, deux hommes en costume dodelinent de la tête. Une brochette de quidams tout aussi silencieux se tient en surplomb, à la place des artistes. Ils observent avec émotion la salle et ses fauteuils rouges, l’oreille à l’affût d’un écho du passé. Le duo chic représente la Semivit, une société immobilière dont la ville de Tours (Indre-et-Loire) est actionnaire majoritaire, et actuelle propriétaire des murs. Les autres sont les acheteurs. Enfin, quelques-uns. Car en juin, le Bateau ivre, une salle de spectacle de 300 places, aura près de 1 600 capitaines. Les acquéreurs n’ont pas encore les clés, mais le compromis de vente a été signé en décembre.

Six ans que le navire était en cale sèche. C’est un bâtiment qui fait l’angle, genre proue de paquebot, non loin du centre-ville de Tours, entre les voies ferrées et le tranquille quartier Velpeau. Dans un coin, Anne-Laure essaie d’«imaginer les litres de sueur et de bières qui ont été versés ici». Elle a 29 ans, vit dans un fourgon - «c’est plus pratique quand on est saisonnier» - et a dépensé 100 euros (le prix d’une part sociale) pour acheter «un bout» de la salle, vendue 270 000 euros par la Semivit. Elle n’est pas très riche mais «ça les valait» pour participer au sauvetage de ce lieu «un peu grunge, un peu underground, qui donnait l’impression d’être dans le garage d’un pote». Le décor : du noir, du jaune, quelques motifs damier au sol de la petite fosse, et des affiches de spectacles partout dans les toilettes. Noir Désir, IAM, Brigitte Fontaine ou encore Ben l’Oncle Soul sont passés par là. Géré par une association, le Bateau était en activité depuis 1987. 1982 si l’on compte les cinq années passées sous la même enseigne à un autre endroit de la ville. Presque trente ans plus tard, la propriétaire (et cofondatrice de l’asso) Gisèle Vallée plie (...) Lire la suite sur Liberation.fr

UE: Fillon favorable à la «clause Molière»
Gaël Tchakaloff, empathissante
Hollande fait irruption dans la campagne pour mettre en garde contre le «péril» Mélenchon
Présidentielle: la galaxie Mélenchon
L'assistant parlementaire ne faisait pas l'apologie du terrorisme

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages