Tournois des six nations: la France soigne ses débuts en Italie

·4 min de lecture

Net et sans bavure. Avec un grand Antoine Dupont, le XV de France a surclassé une faible équipe italienne (50-10) et parfaitement lancé une nouvelle campagne du Tournoi des six nations, samedi au stade olympique de Rome.

Plus expérimentés, plus rapides et plus habiles que la Nazionale, rajeunie, les Bleus ont rempli leur contrat, avec le bonus offensif à la clé, en inscrivant sept essais dont un doublé de l'ailier Teddy Thomas. La France est en tête du classement, après l'exploit de l'Ecosse, qui s'est imposée en Angleterre (11-6).

Après la deuxième place acquise en 2020, ce Tournoi doit être celui de la confirmation pour la troupe de Fabien Galthié, en quête d'un premier titre depuis 2010.

"C'est bien, parce que c'est notre dixième match (depuis sa prise de fonctions). Là c'était à l'extérieur, donc c'était un match important, car c'est toujours des matches particuliers. On est sur une bonne dynamique, et nous traçons", a déclaré le selectionneur après le match.

Sous le soleil et dans la douceur de la "Ville éternelle" (21 °C samedi), les Bleus se sont baladés face à l'équipe la plus faible du Tournoi, dont la dernière victoire dans la compétition remonte à février 2015.

Lors de leur précédent duel avec la "Nazionale" dans le Tournoi, en février 2020 au Stade de France, les Bleus ne s'étaient pas amusés. La victoire (35-22) et le bonus étaient au rendez-vous mais l'écart de points insuffisamment soigné. Et à la fin de la compétition, l'Angleterre, à égalité de points avec la France, avait décroché le titre grâce à un meilleur goal average général.

- Dupont à la baguette -

Avec notamment un doublé de Thomas et Dupont à la baguette, ils ont cette fois-ci soigné l'ampleur du score. Le demi de mêlée toulousain a, à lui seul, inscrit un essai et délivré trois passes décisives, dont un coup de pied rasant en sortie de maul qui a trouvé Gaël Fickou.

Après la sortie de Dupont à l'heure de jeu, l'affaire était déjà pliée (45-3) sur une sixième transformation de l'ouvreur Matthieu Jalibert. Le N.10 de Bordeaux-Bègles a fait le job en l'absence de Romain Ntamack (mâchoire) devant les perches mais aussi dans le jeu où ses coups de pieds ont permis de trouver des espaces face à des Italiens pas à l'aise sur les ballons aériens.

D'autres habituels remplaçants se sont mis en valeur, le troisième ligne Dylan Cretin et le centre Arthur Vincent, inscrivant chacun leur premier essai sous le maillot bleu. Cretin remplaçait François Cros (pied droit) et Vincent avait été titularisé à la place de Virimi Vakatawa (genou).

Brice Dulin, préféré au poste d'arrière à Anthony Bouthier, non retenu, a confirmé son retour au plus haut niveau à 30 ans en convertissant un coup de pied par dessus de l'ailier Gabin Villière. C'est lui qui avait inscrit le seul essai français le 6 décembre en finale de la Coupe d'automne des nations à Twickenham où une équipe de France bis avait poussé dans ses retranchements les vice-champions du monde anglais, avant de céder après prolongation (22-19 a.p.).

- Rendez-vous à Dublin -

L'Italie a néanmoins sauvé l'honneur à un quart d'heure de la fin grâce à Luca Sperandio. Mais face à ces Bleus-là, la Nazionale, remaniée, n'avait aucune chance. Amer après la 28e défaite d'affilée de la Squadra Azzurra dans le Tournoi, le sélectionneur Franco Smith ne connaît toujours pas la victoire avec l'Italie.

"On a vraiment bien joué. Je ne pense pas que les Français étaient tant que ça au-dessus de nous. Evidemment, ils sont plus grands, plus costauds, mais il y a des erreurs qu'on pouvait éviter, avec de la patience et de l'expérience", a-t-il déclaré.

La Nazionale a dû composer avec l'absence de deux de ses meilleurs joueurs, l'arrière des Wasps Matteo Minozzi, qui a décliné la sélection, et le troisième ligne de Gloucester Jake Polledri, blessé à un genou. Pour ne rien arranger, le sélectionneur Franco Smith a dû gérer un forfait de dernière minute, celui du pilier gauche Chérif Traoré, remplacé par le néophyte Daniele Rimpelli (23 ans).

Lors de son deuxième match, la sélection de Fabien Galthié affrontera l'Irlande dimanche prochain à Dublin, où elle ne s'est plus imposée depuis 2011.

ll-ati/bpa