Tournoi des Six Nations : la France écrase l'Italie, l'Écosse réalise l'exploit en Angleterre

·3 min de lecture

Le XV de France a parfaitement débuté le tournoi des Six Nations en dominant l'Italie (50-10), équipe la plus faible de la compétition, samedi au stade olympique de Rome, tandis que les Écossais se sont imposés à Londres contre l'Angleterre (11-6), une première depuis 1983.

C'est un début de compétition idéal pour l'équipe de France, qui a surclassé l'Italie 50 à 10, samedi 6 février, en ouverture du tournoi des Six Nations à Rome et s'est emparée de la première place après la victoire historique de l'Écosse 11 à 6 contre l'Angleterre.

Plus expérimentés, plus rapides et plus habiles que la Nazionale, rajeunie, les Bleus ont rempli leur contrat, avec le bonus offensif à la clé, en inscrivant sept essais dont un doublé de l'ailier Teddy Thomas.

La troupe de Fabien Galthié, en quête d'un premier titre dans le Tournoi depuis 2010, a fait mieux que lors de son précédent match face à l'Italie dans le Tournoi.

En février 2020, la victoire (35-22) et le bonus étaient au rendez-vous mais l'écart de points insuffisamment soigné. Et à la fin de la compétition, l'Angleterre, à égalité de points avec la France, avait décroché le titre grâce à un meilleur goal average général.

Antoine Dupont au top

Outre Thomas, la France a pu s'appuyer sur un excellent Antoine Dupont. Inspiré et inspirant, le Toulousain a livré une prestation majuscule. Le demi de mêlée des Bleus a, à lui seul, inscrit un essai et délivré trois passes décisives.

Le sélectionneur transalpin Franco Smith avait raison de se méfier du n°9 français. "Antoine Dupont a eu un impact énorme sur cette équipe, c'est un grand leader et un grand joueur. Notamment sur les rucks", avait ainsi estimé le coach sud-africain avant le match.

Les quatre autres essais ont été marqués par le troisième ligne Dylan Cretin, les centres Gaël Fickou et Arthur Vincent, ainsi que l'arrière Brice Dulin.

L'Italie a néanmoins sauvé l'honneur à un quart d'heure de la fin grâce à Luca Sperandio. Mais face à ces Bleus-là, la Nazionale, remaniée, n'avait aucune chance. Elle a concédé une 28e défaite d'affilée dans le Tournoi.

Lors de son deuxième match, la sélection de Fabien Galthié affrontera l'Irlande dimanche 14 février à Dublin, où elle ne s'est plus imposée depuis 2011.

L'exploit écossais

Dans le deuxième match de la journée, les Écossais ont mis fin à 38 ans sans victoire en Angleterre en l'emportant (11-6) lors d'une rencontre âpre, mais où ils ont trouvé un plan de jeu parfait qu'ils ont su appliquer jusqu'au bout.

Plus encore que la victoire, c'est l'impression de domination donnée par les hommes des Greg Townsend, face à des Anglais rarement aussi bousculés et brouillons, qui a impressionné.

Les Anglais ont été d'une rare indiscipline, avec 10 pénalités sifflées contre eux sur la seule première période, autant que sur un match entier habituellement.

Le seul essai de la partie sera venu d'un beau mouvement au large des Écossais jusqu'au puissant ailier d'origine sud-africaine Duhan van der Merwe qui a réussi à repiquer vers le centre et résister à trois adversaires avant de toucher terre dans l'en-but (0-8, 31e).

L'Angleterre va devoir très vite rebondir en recevant les Italiens, tandis que l'Écosse accueillera le pays de Galles, avant d'aller à Paris défier les Bleus pour un match qui sent déjà la poudre.

Avec AFP