Tournoi de kurash à Paris : un sport traditionnel qui s'exporte

Tournoi de kurash à Paris : un sport traditionnel qui s'exporte

Les meilleurs athlètes d'une discipline méconnue, le kurash, une lutte traditionnelle originaire d'Asie centrale, se sont réunis à Paris ce week-end pour disputer devant plusieurs centaines de supporters, la dernière édition du Tournoi international de kurash pour le Prix du président de la République d'Ouzbékistan.

Présenter des compétitions en Europe est important pour les représentants de cette lutte qui transmet des valeurs humaines de respect et améliore la condition physique et mentale. Une discipline qui gagne des licenciés dans le monde et ambitionne de rejoindre la famille olympique.

Efforts pour populariser le kurash

Komil Yusupov, initiateur du kurash moderne, a tenu à remercier la Fédération française de ce sport qui organisait l'événement. "Cette année, nous avons déjà tenu quatre tournois internationaux sur le continent européen," a indiqué Komil Yusupov qui est aussi le fondateur de l'Association internationale de kurash. "Le principal objectif de ces tournois, c'est de renforcer la coopération et de populariser le kurash ; nous aimerions aussi que ce sport soit intégré dans le programme des Jeux européens," a-t-il renchéri."J'aimerais aussi exprimer ma profonde gratitude à l'égard du pays hôte pour son accueil chaleureux et sa coopération active dans l'organisation de ce tournoi," a-t-il souligné.

Environ 60 athlètes de 30 pays différents ont pris part à l'événement et la catégorie de poids ouverte a répondu aux attentes.

Compétition relevée

Sur le gilam, l'équivalent du tatami au judo, trois concurrents ont brillé en délivrant au public parisien, des gestes impressionnants.

Muhammadkarim Khurramov venu d'Ouzbékistan, Zakro Culum de Serbie et Danov Bobon de Macédoine étaient les trois lutteurs à suivre. Après une compétition acharnée, Khurramov et Culum se sont qualifiés pour le match décisif. Malgré l'avantage de poids du Serbe, le lutteur ouzbek a remporté une victoire âprement disputée.

Dans le tournoi féminin, Jasmin Grabowski a réalisé une superbe performance. L'athlète allemande a semblé inarrêtable tout au long de l'épreuve et a totalement dominé ses rivales polonaises et françaises dans le dernier carré. L'ancienne judokate faisait pourtant ses débuts dans cette discipline.

Les vainqueurs ont reçu 5000, 3000 ou 2000 euros selon leur place sur le podium. Les athlètes qui ont manqué de peu la troisième place ont également reçu des prix et ne manqueront pas de s'entraîner encore plus dur pour tenter de défier des athlètes comme Khurramov et Grabowski lors du prochain événement dédié au kurash.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles