Tournant. Éthiopie : Mekele, capitale du Tigré, fête le retour des rebelles

·1 min de lecture

Huit mois après avoir été chassées de la capitale de leur région, les forces séparatistes tigréennes ont repris Mekele, lundi 28 juin, et ont été accueillies par une foule en liesse. Cette avancée est un sérieux revers pour le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, et intervient alors que le pays attend les résultats du premier scrutin majeur depuis son arrivée au pouvoir.

“Les rues de la ville étaient envahies d’habitants célébrant le retour des forces tigréennes”, écrit le journal éthiopien The Addis Standard. Lundi 28 juin, la capitale de l’État régional du Tigré, au nord du pays, était le théâtre de scènes de liesse. “Des milliers de personnes sont descendues dans la rue, agitant des drapeaux et lançant des feux d’artifice en apprenant la reprise de la ville”, relate le correspondant du quotidien américain New York Times, l’un des rares à être sur place.

Les événements de lundi constituent un tournant majeur dans le conflit qui oppose le gouvernement fédéral mené par Abiy Ahmed et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Huit mois après avoir été chassés à coups de tirs et de bombardements de Mekele, les rebelles ont repris la capitale de la région. Abiy Ahmed et son gouvernement n’ont fait aucune déclaration, ils se sont contentés de proclamer un “cessez-le-feu” unilatéral. Pour eux, c’est un sérieux revers.

À lire aussi: Guerre. En Éthiopie, l’heure de vérité pour Abiy Ahmed

Militaires aguerris, habitués à la clandestinité, à la tête de plusieurs milliers d’hommes, les leaders tigréens avaient juré de “combattre jusqu’à la mort”,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles