Un touriste français détenu en Iran depuis neuf mois, selon son avocat

·2 min de lecture
UN TOURISTE FRANÇAIS DÉTENU EN IRAN DEPUIS NEUF MOIS, SELON SON AVOCAT

DUBAI (Reuters) - Un touriste français a été arrêté en Iran il y a neuf mois, a déclaré mercredi à Reuters son avocat qui dit ne pas avoir eu accès au dossier de son client.

Cette information, si elle est confirmée, coïncide avec l'offensive diplomatique occidentale qui s'efforce de convaincre Téhéran de respecter à nouveau les termes de l'accord conclu en 2015 sur le programme nucléaire iranien.

"Il s'appelle Benjamin et il est détenu à la prison de Vakilabad dans la ville de Mechhed (Nord-Est). Il a été arrêté il y a neuf mois et il fait l'objet d'accusations contradictoires et sans fondement", a déclaré Saeid Dehghan.

Le parquet iranien n'était pas disponible pour commenter et les autorités françaises n'ont pas réagi dans l'immédiat à ces informations.

Les Gardiens de la révolution iraniens ont arrêté des dizaines de personnes ayant une double nationalité ainsi que des étrangers ces dernières années, la plupart pour d'accusations d'espionnage, dont la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, que Téhéran a condamnée à six ans de prison en mai 2020 pour "atteinte à la sûreté nationale".

Fariba Adelkhah a été mise en liberté provisoire en octobre dernier et assignée depuis à résidence, selon Saeid Dehghan, qui est également son avocat.

"Adelkhah porte un bracelet électronique, qui lui interdit de s'éloigner de plus de 300 mètres de son domicile", a-t-il précisé.

Le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, a appelé une nouvelle fois lundi à sa libération lors d'un discours devant le Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies.

Téhéran, qui ne reconnaît pas la double nationalité, a rejeté à chaque fois les appels de la France à libérer Adelkhah.

Le quotidien français Le Figaro a rapporté vendredi qu'une personne ayant la double nationalité française et iranienne et un ressortissant allemand avaient été arrêtés en Iran il y a plus de deux semaines.

(Parisa Hafezi; version française Nicolas Delame et Federica Mileo, édité par Jean-Michel Bélot)